Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/2004
Mots-clés : critique de cinéma,
 

L'Ecrivain de Frits Standaert

Un écrivain se voit refuser son manuscrit par son éditeur. Il recommence, remet l'ouvrage sur le métier, mais à chaque tentative, essuie un nouveau refus. Obsédé par son travail, l'écrivain prend tous les risques et, finalement, perd la vie dans une folle aventure au bout du monde. Sous le coup de la disparition de l'écrivain, l'éditeur réexamine ses manuscrits et décide finalement de publier ses oeuvres.
« Jusqu'à quelles extrémités devra-t-il aller pour voir ses livres imprimés ? » demande le réalisateur dans sa note d'intention. Le statut de l'artiste, son indépendance, le regard posé sur lui par une société mercantile où la planche à billets prend plus d'importance que les créations de l'esprit, l'investissement d'un homme dans son oeuvre, l'impact des media sont autant de thèmes abordés dans ce dessin animé dû à la plume d'un enseignant de la KASK, et produit par La Boîte Productions. (Sans en avoir l'air, la petite firme d'Arnaud Demuynck est en passe de devenir un des producteurs indépendants les plus actifs sur le terrain de l'animation belge). Des questions sérieuses, qui mériteraient sans doute un développement plus large que ne le permet le format du court-métrage, mais qui sont néanmoins remarquablement circonscrites en 14 minutes dans une histoire solide, simple et touchante. D'aucuns trouveront au graphisme un petit air de déjà vu, mais il s'agit là d'un élément éminemment subjectif qui, personnellement, ne nous a pas particulièrement gêné. Cela ne semble pas avoir davantage dérangé le jury de Canal + qui lui a décerné son prix à l'occasion de la compétition belge d'Anima 2004. De gustibus et coloribus ...

commentaires propulsé par Disqus