Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
mai 2006
05/05/2006
 

L' Enfant de Jean-Pierre et Luc Dardenne

jaquette dvd de L'Enfant des frères Dardenne
La sortie en DVD de l’Enfant, Palme d’Or du Festival International de Cannes 2006, nous permet de revenir sur l’origine du film.
Comme le disent et le répètent dans le bonus de l’édition collector, Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne, le film est né d’une rencontre fortuite qui eut lieu lors du tournage du  film Le Fils. « Le matin, l’après-midi, le soir, nous avons vu passer et repasser une jeune fille poussant un landau dans lequel dormait un nouveau-né. Elle semblait ne pas avoir de destination, juste marcher en poussant le landau. Souvent, nous avons repensé à cette jeune femme au landau, à l’enfant endormi, et à celui qui n’était pas là : le père de l’enfant, l’absent qui allait devenir important dans notre histoire. Une histoire d’amour qui est aussi l’histoire d’un père ».

Boni
1. Un entretien passionnant des frères avec Frédéric Bonnaud (ex-Inrockuptibles) pour l’émission Charivari sur France inter. Une réelle complicité (avec fou rire enfantin si l’on ose dire) entre les frères et un critique passionné par leur travail depuis le début. Seraing, ah Seraing que de nombreux pisse-vinaigre n’ont-ils reproché à cette ville de servir de lieu de vie aux films des Dardenne. C’était l’un des points névralgiques de l’industrie métallurgique dans les années cinquante du siècle dernier. (Quand Seraing tousse, la Belgique est malade). Ville d’après la catastrophe de la désindustrialisation, de la crise de la sidérurgie qui a frappé l’ensemble de l’Europe dans les années septante. « Dix à vingt pour cent de la population vit exclue, en dehors des circuits de la production, de la consommation, des richesses ». Frédéric Bonnaud insiste sur le « paysage social totalement dévasté » de ces zones qui sont entre la Meuse, l’autoroute et le supermarché. Lieux inhabitables dans lesquels la survie est devenue un mode de vie. "Vous y filmez les habitants comme des survivants, comme dans les films de science-fiction américains des années soixante ?" - "Peut-être", admettent les Dardenne, "mais on a pas voulu faire de Bruno un personnage écrasé par le destin qui va se plaindre auprès des services sociaux.  Il a trouvé un terrain de révolte : il vole, et ses acolytes sont des enfants qui sont plus jeunes que lui. Ils insistent : "Bruno est ailleurs, tout en étant présent dans l’instant. C’est une force de vie. Notre défi pour le film était : est-ce que la vie passe dans tout ça ? "
Petit détail, moins innocent qu’il n’y paraît : une quarantaine de bébés se sont succédés pour incarner le poupon du film.

  1. La fabrique de l’image voit Alain Marcoen (directeur de la photo) nous parler de son travail sur la lumière et Benoît Dervaux (cadreur), devenu cascadeur malgré-lui, nous expliquer comment fut enregistrée la séquence de la poursuite en moto.

L’ Enfant de Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne, DVD9, 91’, édité par Cinéart, diffusé par Twin Pics.

commentaires propulsé par Disqus