Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
juin 2014

Deux jours, une nuit - En salles depuis le 21/05

David Richardier, animateur cinéaste auprès du CVB-VIDEP

Waiting for August de Teodora Ana Mihai

I Comme Iran

Une si longue histoire, un film de Roger Beeckmans

Les Carrières de Roby Comblain - A-P le lundi 16 juin

Corps étrangers de Laura Wandel, à Cannes

Tombville de Nikolas List

Alléluia de Fabrice du Welz

Sorties DVD

et également

Mots-clés : documentaire, Suisse,
 

L’Expérience Blocher de Jean-Stephane Bron

De la naissance des dictateurs

L’Expérience Blocher est un face à face entre un réalisateur et le leader populiste Christoph Blocher, milliardaire à la tête du parti suisse du peuple, qui aura conquis, en moins de 20 ans, près d’un tiers de l’électorat. Une fable sur le pouvoir à l’heure où, dans l’Europe en crise, se lève le vent des nationalismes.

 

L'expérience BlocherQu'est-ce qui est le plus triste : être dépourvu d'intérêt pour la « polis », enfermé dans sa bulle domestique, ou défendre l'ostracisme, le repli sur des valeurs identitaires avec, pour corollaire, la haine de l'étranger, source de tous les maux ?

« Indignez-vous », certes, mais contre qui, contre quoi et dans quel but ?

Pour certains, peu importe les vérités assenées pourvu qu'elles mènent au pouvoir. Et quand on vit dans une démocratie directe, où les citoyens ont voix décisive sur toutes les questions d’organisation socio-politique, le premier objectif est d'avoir le nombre de son côté. Et en Suisse, comme ailleurs dans le monde, les craintes des autochtones « tricotés serrés » comme disent les Québécois, se traduisent dans la perte de leur culture menacée par les mouvements migratoires et les institutions internationales.

Jean-Stéphane Bron, documentariste politique, n'a pas voulu se prononcer sur le bien ou le mal-fondé des valeurs défendues par l'Union Démocratique du Centre (parti populiste suisse) et d'un de ses membres les plus influents, Christoph Blocher, par ailleurs PDG de la multinationale chimique EMS Chemie. Bron, qui s'était attaché à démonter le mécanisme de la finance et du jeu boursier dans son film Cleveland contre Wall Street, s'est lancé un défi qui aurait pu lui coûter cher quant à sa crédibilité de documentariste. Avec l'Expérience Blocher, le réalisateur a dû se désarmer pour pouvoir approcher le politicien. Ici, il n'est pas question de voler des images, des discussions ou des rencontres que le milieu préfère garder secrètes. La présence de la caméra est toujours tangible, la moitié du film se déroulant dans la voiture du couple Blocher, l'attendant après une réunion, un meeting ou en partance pour une séance parlementaire. Une autre bonne partie des 100 minutes qui lui sont consacrées, se déroule dans la villa-musée de l'entrepreneur-collectionneur d’œuvres patrimoniales. La force et l’habileté de Bron consistent à faire le portrait d'un homme politique dont il ne partage en rien les idées sans le diaboliser ni le caricaturer, et sans tomber sous l'emprise du magnat zurichois, dont le charisme a imprégné la politique étrangère de la Suisse. Jean-Stéphane Bron s'est contenté de montrer la satisfaction du politique après ses victoires et ses déceptions dans sa chute. Mais pour le parti, peu importe qu'un homme tombe pourvu que les idées restent et se propagent, bien que pour l'homme, peu importe les idées et le parti, pourvu qu'ils le conduisent à la suprématie.

Un film fort, à l'image soignée, porté par les réflexions du réalisateur prononcées en voix off, invitant le spectateur à tirer ses propres conclusions.

 

L'Expérience Blocher sort en salles le 18 juin 2014, à l'Actor's Studio à Bruxelles. 

commentaires propulsé par Disqus