Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/2002
 

L'Étoile du sud d'Armando Ferreira

Un classique un peu ridé


Présenté lors du dernier Festival du dessins animés à Bruxelles, l'Étoile du Sud de Feireira fait partie d'une série télévisée de dessins animés de long métrage tirés des oeuvres de Jules Verne. Pour ceux qui ne connaissent pas les multiples péripéties que Jules Verne imagina autour d'un formidable diamant créé par un géologue en pleine Afrique du Sud, le film de Feireira sera sans doute un moment plaisant au charme un rien suranné.

Très fidèle, pour ne pas dire trop, au récit de Jules Verne, l'Étoile du Sud a les qualités et les défauts de l'oeuvre dont elle s'inspire. Les bons y sont vraiment bons, les méchants vraiment méchants et les noirs par trop nègres. Ce manichéisme des situations tout empreint de colonialisme a quelque chose de vieux et d'usé. Le statut de la femme y est affligeant et les valeurs défendues par Jules Verne nous semblent à ce point désuetes et dépassées qu'elles rendent la progression de l'histoire difficilement crédible. D'autant que Feireira montre un réel souci de nous rendre authentique cette Afrique du Sud du siècle passé, soignant le détail qui fait vrai, recréant avec beaucoup de talent les paysages et les moeurs de l'époque. Et ce souci, loin de nous faire pénétrer d'avantage un temps révolu, nous donne à voir une succession de chromos figés et sans vie. Si Feireira réussit à nous proposer une copie conforme de l'oeuvre originale, il est regrettable qu'il ne laisse jamais transparaître qu'entre l'univers de Jules Verne et aujourd'hui bien des choses ont changé. Il fallait sans doute s'inspirer plutôt que copier, développer une autre approche, imaginer un traitement en prise avec aujourd'hui, faire un réel travail sur la modernité de Jules Verne pour échapper à la pesanteur d'une oeuvre qui n'a pas toujours bien vieilli. Mais peut-être est-ce faire un mauvais sort à un divertissement dont les qualités graphiques sont évidentes et la technique narrative efficace et fluide. Reste la question de l'enjeu de tels films et de cette façon de traiter un patrimoine littéraire qui ici prend la poussière et nous la rend plus que palpable.

Philippe Simon
commentaires propulsé par Disqus