Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

L’Éveil du Djiguite de Marc Recchia et Christophe Rolin

Après la chute de l'Union soviétique, les pays de l'ancienne république sont durement touchés par une crise économique, dont le Kirghizistan, pays d'Asie Centrale, situé entre le Kazakhstan, l'Ouzbékistan et la Chine. Plus de 500.000 habitants quittent le pays pour aller vivre en Chine ou en Russie. Deux mois après la révolution du 7 avril 2010 qui a fait tomber le président Bakiev, accusé de corruption, des émeutes meurtrières éclatent à Osh, entre les Kirghizes et les représentants de la minorité ouzbek, attisés par des partisans du président déchu dans le but de déstabiliser le nouveau pouvoir mis en place. Suite à ces violences, les réfugiés qui s'étaient installés dans le pays, de peur d'être à nouveau la cible de prochaines émeutes, décident de reprendre la route.  

scène du filmDans ce premier documentaire, L’Éveil du Djiguite, Marc Recchia, monteur de formation, mais pour l'occasion aux commandes du micro, et Christophe Rolin, chef-opérateur, s'introduisent à l'intérieur d'une famille kirghize vivant modestement dans un pays de moins en moins peuplé. L'histoire de cette famille met en exergue des problèmes plus généraux dus au contexte politique et économique du Kirghizistan, la pauvreté de l'enseignement dans les villages ou la fuite des jeunes dans les pays plus riches.
« Djiguite » vient d'un mot turc signifiant « jeune homme », et désigne, dans le Caucase et chez les Kirghizes, celui qui maîtrise bien l'art de la cavalerie, sous-entendu un homme possédant toutes les qualités de la virilité.

Tokon, le personnage central, professeur et fermier, décide de rester au pays pour y enseigner et veiller sur sa femme malade. Sa fille, Gulzat, est partie vivre en Russie comme beaucoup d'autres mais, régulièrement, vient les aider à la ferme.

Cette relation forte et sincère qui unit les trois générations est d'autant plus touchante qu'elle n'est partagée qu'épisodiquement. La présence rappelle toujours l'absence qui ne va pas tarder à se faire sentir. Quelque peu avant le départ de Gulzat, une tension imperceptible devient palpable, la tristesse du père, l’inquiétude de la fille, peut-être même sa culpabilité.
L’Éveil du Djiguite interroge le vécu présent et passé de Tokon, vécu qui met en valeur des idées simples d'une vie fondée sur la confiance, les responsabilités, et désormais la vieillesse avec la douleur face au départ de ses enfants.
Marc Recchia et Christophe Rolin nous offrent ici une tranche de vie d'un monde en extinction, sauvant, par les images, la beauté d'une réalité rude appelée à disparaître.
Les paysages magnifiques du Kirghizistan, ses couleurs claires et ensorcelantes, nous donnent une sensation vive et légère, exacerbée par une musique s'imbriquant parfaitement dans le rythme des images.  

commentaires propulsé par Disqus