Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/10/1997
 

La Boulangère et le charbonnier

Eros Energumène

Qui veut faitre l'Ange fait la bête

Blaise Pascal, Pensées. VI.358

Nous sommes au château de la Solitude, un bâtiment de style néoclassique construit en 1913 par Marie de Croÿ, Princesse et Duchesse d'Arenberg, dans un salon du rez-de-chaussée transformé en boulangerie. Il y a de la farine partout, sur mes baskets noirs, mon jeans noir et même sur le boîtier noir de mon Leica. Un démon surgit d'un four à pain comme un diable de sa boîte et se rue sur un ange. Deux jolies jeunes filles : l'ange vêtu d'une robe immaculée et parée d'ailes dans le dos, son double symétriquement opposé, le diable dévêtu mais le corps ceint d'un maquillage sombre et bigarré.
Elles en viennent aux mains sinon aux ailes. Les plumes volent dans la farine. Les blanches mains de l'ange sont pleines de peinture. Le démon retourne au maquillage chez Tiflo, le body peintre qui opère les raccords. Il fait très chaud, tout le monde transpire, il y a pas mal de monde sur le plateau et, outre l'équipe technique du film, une équipe de Télé-Bruxelles patine dans la farine. "Elle est remaquillée?", demande Marc Levie le réalisateur dont la moustache imposante concurrence désormais celle de Claude Diouri.
"Parfait! Bon on va la faire, Stéphanie, Lilith !"L'ange s'éponge, le diable s'échauffe. "Silence ! - Une seconde !, demande l'équipe image, on règle un détail important!" Le détail important consiste à placer une plaque de frigolite qui capte la lumière d'un HMI et la réfléchit sur les deux protagonistes du conflit.
La Boulangère et le charbonnier raconte les émois d'une jeune boulangère qui ayant aperçu le dos d'un charbonnier l'imagine beau comme Adonis malgré la suie qui recouvre sa peau. Va-t-elle succomber ? Son ange gardien protège sa vertu mais le diable veille. Au moment où la boulangère va commettre l'irréparable, son ange gardien qui vient de terrasser le démon, se dresse derrière l'amant. La boulangère s'enfuit dépitée. Ce conte immoral est le 26ième épisode de la Série galante (deux épisodes seront tournés à la suite de celui-ci dans le même château qui en a vu d'autres puisqu'en 1995, des sans-abri s'y sont installés pendant plus d'une année).
Une série que produit depuis 1989 Marc Levie, qui est diffusée dans les salles en Belgique et par les télévisions d'une trentaine de pays du monde entier. Chaque épisode d'une durée de huit minutes est tourné en muet, à l'italienne, et post-sonorisé.

 

commentaires propulsé par Disqus