Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
avril 2007

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Arrêt sur image

Dossier

Evénements

Film dessiné

Tournage

05/04/2007
 

La Raison du plus faible de Lucas Belvaux

Après avoir traité trois genres cinématographiques (la comédie, le thriller, le mélodrame), dans sa trilogie de 2001 (Un Couple épatantCavaleAprès la vie), Lucas Belvaux reprend les trois genres dans un seul film, La Raison du plus faible.

C'est l'histoire de trois ouvriers au chômage (Jean-Pierre et Robert) ainsi que Patrick, jeune père de famille ayant peu d'espoir de retrouver du travail. Surgit alors Marc (Lucas Belvaux), un ancien braqueur sorti de prison qui va modifier la donne. Les trois compères se laissent entraîner dans un hold-up qui va s'achever en fiasco.

A la conférence de presse du Festival de Cannes, Lucas Belvaux tenait ces propos : « C'est un peu un cinéma de contrebande : on fait semblant de tourner un film policier, mais derrière cet aspect, on raconte des choses sur le monde dans lequel on vit. » Le film nous offre tout cela : la tension et le suspens d’un casse et de sa préparation, des personnages sur le fil du rasoir, du trafic d’armes dans des parkings isolés, mais aussi la détresse d’une mère qui ne peut même pas s’acheter une mobylette pour se rendre au travail, le temps tué dans les bistrots, l’indignation inutile d’un handicapé moteur forcé de vivre au sommet d’une tour dont l’ascenseur tombe sans cesse en panne…
Alors, un énième « film social » belge ? « C'est un film qui pose des questions de manière frontale, mais je ne pense pas que ce soit un film militant, dans le sens où il ne propose pas de solution. C'est un constat qui reflète mes angoisses, mes frayeurs, c'est une réaction face au monde dans lequel on vit. Je souhaitais faire entendre la voix des plus faibles. C'est une démarche de cinéaste. » explique le réalisateur dont la mise en scène soignée reflète cet important travail de fond.
La Raison du plus faible est finalement un constat sans concession des dégâts provoqués par l'économie de la mondialisation.

Lucas Belvaux, réalisateurLe Bonus
Intra Muros est un making of du film réalisé par Benoît Dervaux (cinéaste et cadreur des films des frères Dardenne), qui nous propose des séquences du tournage et des interviews de Lucas Belvaux et de Claude Semal (Robert). Extraits choisis :

A. Lucas Belvaux :
- “Au début, on découvre des personnages drôles, marrants, truculents. Après, on va se glisser dans leur monde qui se détruit, qui va passer à travers la démolition de l'usine ainsi que de cet incident de la mobylette qui tombe en panne.”
- “Ce n'est pas d'un casse dont on parle, mais de l'histoire d'une génération, d'une époque.”

Claude Semal, comedienB. Claude Semal :
- “Lucas a eu envie de faire un film où ces personnages pris par le travail vivent la dissolution des liens sociaux.”
- “Les personnages sont habités par une sorte de rage. L'énergie et l'émotion qui est à l'origine du film est une sorte de colère issue des grands-parents sidérurgistes de Lucas.”

La Raison du plus faible de Lucas Belvaux, édité par Cinéart, diffusé par Twin Pics.

commentaires propulsé par Disqus