Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/01/2000
 

La Tête froide de Patrick Hella

La Tête froide de Patrick HellaLa Tête froide de Patrick Hella est un conte surréaliste en noir et blanc. Lors d'un accident de voiture dans une 2 chevaux qu'elle pilote une femme, décapite son amant et se retrouve à la tête d'une tête. Le corps morcelé, l'objet "petit a" (soyons lacanien), apanage du masculin, se trouve ici ironiquement du côté du féminin. La dame hystérique, c'est-à-dire mystique ou sublime, forcément sublime, prend soin de la tête de l'aimé qu'elle emporte chez elle et lave amoureusement. L'amant ne bronchant point, même lorsqu'elle se frotte l'entrecuisse avec son fétiche, l'objet de l'amour fou finit dans une poubelle (re-Lacan). Le réalisateur d'Olé Coltrane et de six autres courts métrages scandaleusement méconnus, aujourd'hui directeur de casting devenu, nous offre un festival de plans aux raccords éllipsés et aux jump cuts audacieux . Ce film provocant doit beaucoup à la lascivité du corps nu de Marie-Laurence qui n'hésite pas à interpeller le spectateur-voyeur à l'aide d'un regard caméra. Trente ans après on en reste encore baba et, on attend avec impatience qu'on nous montre Les Caméléonsqui fit scandale en décembre 1967 au Festival Exprmntl de Knokke-le-Zoute.

commentaires propulsé par Disqus