Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/02/1998
 

La Trajectoire oblique de Dominique Lolhé

Les poings dans les poches
La flamme de la révolte est entretenue dans La Trajectoire oblique, film intéressant et agaçant de Dominique Lolhé. L'écran est divisé en deux comme au bon vieux temps de l'avant-garde warholienne. D'un côté le monde et son spectacle télévisé en permanence  : actualités, compétitions sportives, etc. De l'autre deux jeunes gens qui croient faire entendre leur voix dans le concert du monde en jouant les Bonnie and Clyde. Une jeune fille (la stupéfiante Raphaëlle Bruneau de Violette et Framboise) infantilisée par des parents aussi respectables qu'irresponsables rejoint le parcours d'un rejeton de la high society en rupture de ban. Ensemble ils braquent un armurier qui a été nourri aux films de série B américain car il aime à tirer sur tout ce qui bouge, mais particulièrement sur les revolutionnaires radicaux armés de leur désarroi. Ça finit mal on s'en doute ! On ne sait trop si Lolhé liquide ses illusions de jeunesse à coup de sabre, de louche ou de tarte à la crème. C'est allumé, énervant, parfois agencé plic ploc, bourré d'idées à peine effleurées, délirant, critique-radical. Si ! Si ! Et autant vous l'avouer tout de suite, c'est pour l'auteur de ces lignes un des films les plus intéressants de cette compétition bien que le courant d'air frais que Dominique Lolhé arrive à faire passer par le ton désinvolte de sa mise en scène soit, de par le sujet traité, désespérant. On ne peut pas tout avoir  : le beurre et l'argent du beurre !

commentaires propulsé par Disqus