Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
mars 2009
05/03/2009
 

La Triple mort du troisième personnage de Helvio Soto - Belfilm

la triple mort du troisième personnage de Helvio soto

Triple mort du troisième personnage d’Helvio Soto est une œuvre envoûtante et angoissante qui puise sa force dans les libres associations que les images engendrent. Une gageure cinématographique courageuse et ambitieuse servie par une distribution remarquable.

Bonus
Perfo de Jean-Paul Cambron – 10’
Presque rien. Un rectangle blanc tracé sur un écran noir. Dans le rectangle, un point blanc, comme une perforation dans la pellicule. Au cours de ces dix minutes, grâce au son, l’imagination du spectateur invente et crée un espace, une narration. Le point blanc est un homme, le rectangle, la cellule dans laquelle d’autres l’ont enfermé. Là, invisibles, la porte sur laquelle se perdent ses coups, les barreaux qui le retiennent, le lit sur lequel il se couche, les toilettes...
Hors du rectangle, l’extérieur, un pays oppressé, une dictature sans doute. Le point blanc parvient à s’évader, est rattrapé par des points rouges qui le fusilleront après qu’un prêtre soit venu lui donner les derniers sacrements. Aucun mot intelligible ne sera prononcé. Un peu comme dans Le Dictateur de Chaplin, seules les intonations du sabir dans lequel s’expriment les points nous donne à entendre qui ils sont. Par là, le film parvient à toucher à l’universel. Ce pays non défini renvoie à tous les pays, ces points comme des pions sur le grand échiquier du monde parlent de l’Homme, de l’oppression, de la guerre, de la violence. Fable, parabole, ces dix minutes d’animation se révèlent plus efficaces encore que de longs discours et complètent de façon intéressante le propos du long métrage présenté dans ce DVD.

La Triple mort du troisième personnage de Helvio Soto
Avec : Rafael Anglada, Francois Barteels, Marcel Dossogne, André Dussollier, Brigitte Fossey, Patricia Guzmán, Michel Lechat, José Sacristán  et Vincent Grass

http://www.belfilm.be

commentaires propulsé par Disqus