Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Mars 2013

Norman de Robbe Vervaeke

Cogitations, découvert à Anima

Notre récolte du festival Anima

Chaumière, documentaire en salles

Pinocchio - En salles dès ce 27/03

Sorties DVD

et également

 

Laplateforme.be

Depuis 2011, la Fédération Wallonie-Bruxelles a mis en place le site internet laplateforme.be  afin de promouvoir les documentaires belges vers les secteurs culturels et pédagogiques. Ce site permet au secteur non-marchand de visionner les films inscrits dans son catalogue, gratuitement et facilement, avant de les montrer à son public. 

Hors limitesLes responsables des associations culturelles, ainsi que les enseignants à la recherche d'un film pouvant illustrer un débat ou une réflexion, peuvent choisir parmi les 264 documentaires visibles sur le site. Ces films bénéficient tous du remboursement total des frais de location par le Réseau d'Action Culturelle Cinéma, le RACC. Ce service, géré par la Fédération Wallonie-Bruxelles et par la COCOF (région bruxelloise), donne la possibilité au secteur non-marchand de louer des films à moindre frais dans le but de faire connaître un cinéma de qualité, peu connu ou commercialement peu exploité en Belgique. Le catalogue complet du RACC compte plus de 1300 titres dont 304 produits ou coproduits en Belgique. Actuellement, laplateforme.be compte un peu moins de 500 inscrits, dont un quart d'enseignants et un quart d'animateurs socio-culturels. Des festivals (12) et des distributeurs (12) vont aussi régulièrement y visionner des films dans le cadre de leur sélection.

Des 200 films visionnés 1231 fois durant les deux premières années d'existence du site, les thèmes les plus demandés sont ceux qui abordent les problèmes de société (immigration, enfance et famille) ou qui traitent de l'éducation, de la santé (handicap), de l'environnement (écologie) ou de l'histoire. Dans le top 3 des films les plus consultés sur laplateforme.be, on retrouve, en tête de liste, L'or bleu, le documentaire de Damien Pierpont traitant de la problématique de l'eau à Marrakech, Hors limites, un portrait de Jaco Van Dormael réalisé par Olivier van Malderghem, pour la Collection Cinéastes d'aujourd'hui produit par la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Les Enfants de Christophe Hermans, la vie d'une pouponnière qui abrite 25 jeunes enfants de moins de 6 ans.

En 2012, laplateforme.be a contribué à la mise en place de la Quadrature du cercle, un réseau de centres culturels et ciné-clubs qui essaie d’œuvrer à une meilleure et plus grande diffusion de films belges dans la région Wallonie-Bruxelles.

Pour 2013, le site voudrait donner la priorité au secteur de l'enseignement, ainsi qu'à l'éducation aux medias. Démarche assez logique, sachant qu'au moins un quart des comptes activés appartiennent à des enseignants.

vous êtes servisParmi les titres les plus visionnés sur le site, nous trouvons

Le geste ordinaire de Maxime Coton qui part à la découverte du monde ouvrier.

Vous êtes servis réalisé par Jorge León, sur les conditions de vie et de travail des bonnes en Indonésie qui frôlent l'esclavage.

Ça rime et ça rame comme tartine et boterham, où Isabelle Dierckx s'amuse avec la complexité linguistique de la Belgique.

En cas de dépressurisation de Sarah Moon Howe, un documentaire au sujet sensible, qui suit le point de vue subjectif de la réalisatrice confrontée à l'annonce du handicap de son enfant. Naissance, Lettre filmée à ma fille Mona de Sandrine Dryvers sur l'accouchement.

Les moissons de la faim de Marie-France Collard, un film qui, via l'histoire d'une moisson de blé, croise les destins des paysans du Nord et du Sud du monde entier.

Une place au village de Jacques Moireau et Tatiana De Perlinghi qui raconte la vie d'un tout petit village perdu sur les hauteurs de la Famenne : Mesnil-Eglise, où se côtoient vieux cultivateurs et néo-ruraux, traditions et utopie écologique.

Les enfants du Borinage, lettre à Henri Storck, de Patric Jean, une lettre-film sur la misère sociale et La raison du plus fort du même auteur, un documentaire sur l'histoire des différents jeunes issus de l'immigration qui n'ont aucune chance face à une société sordide et brutale.

La voie des autres de Fabrice Osinski : le voyage de douze jeunes belges qui décident de faire la traversée de la Laponie à pied et en traîneau.

56 fois et encore de Julie Sandor, une exploration subjective de la révolution hongroise au travers d'archives diverses, un plongeon au cœur des années 50 de l'Europe communiste.

Arthur Masson de Gérald Frydman, portrait de l'écrivain wallon.

Bafatà blues de Babetida Sadjo qui interroge le regard intime et plein d'émotions de la réalisatrice sur son enfance et son pays d'origine, la Guinée-Bissau.

charbonCharbon de Federico d'Ambrosio, qui traite de l'identité et de la relation entre deux générations : un grand-père issu de l'immigration italienne et son petit-fils.

Comment nous sommes tous devenus Américains de Sergio Ghizzardi, une enquête, partant d'aujourd'hui, suivant la trace de ces multiples « importations » venues d'outre-Atlantique.

La vie autrement de Loredana Bianconi : à l'occasion du 40e anniversaire de l'immigration marocaine en Belgique, quatre jeunes femmes belges d'origine maghrébine racontent, face caméra, les difficultés qu'elles ont rencontrées pour s'imposer en tant qu'artistes dans leur milieu familial et culturel.

Les petits jardins de Federico d'Ambrosio qui reprend des moments passés aux côtés de différents pensionnés dans les jardins ouvriers, dits de “charbonnage”.

En attendant les hommes de Katy Lena Ndiaye, trois femmes vivant à Oualata, à l'extrême Est du désert mauritanien, s'expriment sur leur façon de concevoir les relations hommes-femmes.

Maisha ni Karata : la vie est un jeu de cartes de Philippe De Pierpont parle d'une rencontre entre le cinéaste et six jeunes enfants de la rue.

Mémoires d'envol d’Eve Duchemin fait le portrait de Robert Calonne, vieux champion colombophile, et de cette passion qui l'anime toujours : l'art de faire voler les pigeons voyageurs. Panda Farnana, un Congolais qui dérange de Françoise Levie, le portrait d'un personnage atypique, à cheval entre la Belgique et le Congo. Il est le premier Congolais diplômé de l’enseignement supérieur en Belgique au 20e siècle. Nommé agronome, il retourne au Congo, premier fonctionnaire belge à la peau noire.

À l'école de la Providence de Gérard Preszow, un questionnement sur l'enseignement professionnel et technique en milieu urbain. Le cinéaste filme le quotidien d'une école bruxelloise emblématique qui fait figure de mythe : l'Institut de la Providence, situé à Cureghem - Anderlecht.

On remarquera que les films aux thématiques diverses, mais centrés sur la Belgique sont les plus demandés, contribuant ainsi à une des fonctions majeures du cinéma, la transmission.

 

commentaires propulsé par Disqus