Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Octobre 2004
01/10/2004
 

Le Tango des Rashevski

"En enterrant la grand-mère, les Rashevski déterrent leurs racines"

Comment être juif sans devoir toujours déclarer son anti-sionisme ? Comment vivre son islam sans passer pour un islamiste ? Comment vivre sa culture religieuse et demander à être intégré dans une société d'origine chrétienne qui revendique la laïcité pour toute forme de compromis !

Affiche du Tango des Rashevski, Sam Garbarski

 
En revoyant les deux premiers courts métrages de Sam Garbarski ; la Dinde et Joyeux Noël Rachid, on comprend mieux le propos du Tango des Rashevski ; est-ce qu'on se rend compte que nous vivons dans une société non pas laïque mais chrétienne ? Est-on vraiment si sûr que la religion n'a plus sa place dans notre société occidentale et moderne ?

Et c'est avec beaucoup d'humour que le réalisateur fait dire à l'innocence enfantine que Noël, ce n'est pas uniquement des cadeaux distribués par le Père Noël, mais c'est aussi la Messe de Minuit et c'est surtout la naissance de Jésus ! Figurez-vous que dans beaucoup de familles juives et musulmanes on fête Noël, avec le sapin, les cadeaux, la bûche et parfois même la dinde !
Prenons les fêtes scolaires, même si on ne dit plus, dans les écoles laïques « vacances de Noël » mais bien « vacances d'hiver » ni « vacances de Pâques » mais « vacances du printemps », les dates correspondent et le lundi de Pâques est un jour férié national, que cela soit en Belgique ou dans un pays qui revendique haut et fort sa laïcité comme la France !

Garbarski ne s'y méprend pas, malgré toutes les déchirures qui existent entre juifs et arabes au Proche-Orient, ils sont tous deux la cible d'un occident qui tend à tout lisser dans une culture universelle, se disant « neutre » !


Mais comme rien n'est jamais blanc ou noir, tout au long du Tango des Rashevski, je me suis souvenue des discussions émues que nous avions entre laïcs d'origines diverses, certains musulmans, d'autres juifs : comment se revendiquer d'une communauté d'origine religieuse quand on ne vit pas dans les règles de celle-ci ?

Avec la vie, il y a toujours moyen de trouver des petits arrangements. Mais comment s'y prendre avec la mort ?
C'est à ces réflexions que nous emmène Sam Garbarski avec Le Tango des Rashevski, sous le couvert de l'humour et de la dérision, mais il ne faut pas s'y méprendre, l'humour juif n'est pas dénué de sens !

Et, en bonus, pour abonder dans le sens contraire, une série de clips publicitaires réalisés par le même réalisateur, très, très drôles et très acides!


Le Tango des Rashevski, DVD 9, Sam Garbarski, RTBF Editions

commentaires propulsé par Disqus