Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : film dessiné
 

Le Zombie au vélo

Illustation Gwendoline Clossais

Dès les premières images, on suit de dos de manière trépidante, un personnage tout de blanc vêtu, un filet à cheveux par-dessus la tête. Sa démarche est nourrie d’une énergie inquiétante, qu’on sent désespérée même. Il aborde frontalement un type dont on devine rapidement qu’il est celui qui prend les décisions. Le dialogue s’installe, viril, musclé. Il y est question de fin de période d’essai, de grognements incompréhensibles, de grosse colère et d’une attaque en règle considérée comme ultime démonstration de détresse face à ce profiteur de patron. Devant l’injustice et l’éternel combat du pot de terre contre le pot de fer, celui qui travaille est totalement dépendant de la pression économique et du bon vouloir du dirigeant qui le manipule, s’en sert comme d’un bouche-trou à répétition. Renvoyé aux démarches humiliantes de recherche d’emploi et de rendez-vous avec des assistants « sociaux » bienveillants et impuissants, notre nouveau chômeur, n’en mène pas large. Il n’en peut plus de chercher, de se faire rabrouer, de ne pouvoir s’empêcher d’exploser face à la manière dont il est traité. Lui qui ne demande pas grand’chose, qui fonctionne déjà à l’économie dans une vieille caravane, qui à la force de ses jambes et de son pédalier parcourt les kilomètres entre le domicile et le lieu de travail ou le bureau de chômage, veut bien faire des efforts. Il aimerait juste qu’on lui trouve un job, LE job qu’il aimerait, qui l’épanouirait et qui ferait de lui quelqu’un d’utile et d’apprécié. Quand on cherche un emploi, on se sent déjà mis à l’écart, alors quand en plus on est un zombie avec une formation relativement réduite…

Thierry Zamparutti et Gwendoline Clossais
commentaires propulsé par Disqus