Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Novembre 2017

Le montage au cinéma

Laissez bronzer les cadavres était au FIFF

La Part sauvage de Guérin Van der Vorst - Au Med

Week-end du Doc - Tango ya ba Wendo, le 17/11

Le BAFF, c'est du 16 au 19/11

Les Bienheureux était au FIFF et sera au Med

Sorties DVD

et également

 

Les corps purs de Guillaume de Ginestel, Berangere McNeese


Illustration: Gwendoline Clossais

Un homme qu'on suit de dos avance d'un pas constant, des petits écouteurs dans les oreilles, au son d'une musique classique relevée par une voix féminine soprano à la clarté quasi divine. Il poursuit son avancée dans un couloir d'hôtel. On le devine bourru, un peu genre rugbyman brut de décoffrage mais néanmoins sensible. Quand il finit par percevoir des cris, il applique sur la porte une clé digitale, entre dans une chambre où une jeune femme s'accroche avec un type gras du bide. Il la prend rapidement par-dessus l'épaule et, hop, ils s'en vont. Lui, c'est le garde du corps bien bâti et taciturne. Elle, c'est la pute, fine, jolie avec le verbe tranchant.

Furieuse qu'elle est! Diablement pas contente d'être blessée à la lèvre et de n'avoir pas pu compter illico sur l'armoire à glace qui en prend pour son grade sans moufter. Et elle le persécute de ses petites phrases assassines et insidieuses. Elle semble répercuter sur lui la domination que les hommes ont sur elle. Mais tout n'est qu'apparence, des paillettes au physique de dur. Chacun s'est forgé une carapace encore mal assurée. Quelques fêlures trahissent tantôt de la naïveté, tantôt de la fragilité. C'est dans ses interstices que se déploie le sens véritable des mots qu'elle lui balance et des silences qui lui rend. Entre ces deux écorchés vifs, tentant de trouver leur équilibre ensemble, contre toute évidence, une bienveillance toute particulière commence à naître.

commentaires propulsé par Disqus