Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/06/2002
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Les Enfants de coeur d'Alexis Van Stratum

Une école (pas) comme les autres ? Ce sont bien des enfants qui sont rassemblés là, dans la cour de récré, mais dans des corps d'adultes plutôt âgés. L'un des « enfants » voudrait bien rire et jouer avec ses camarades, mais il ne regarde pas les mêmes choses à la télé, il a des habits bizarres et des goûts de fille. Plus sa volonté de s'intégrer est grande, plus il devient le souffre-douleur et la tête de turc. Même son amour pour l'une des « demoiselles » du groupe est rejeté et moqué. Comme dans beaucoup d'écoles, la cour de récréation va se transformer en une arène de jeux cruels. Jeux de pouvoir, de séduction, d'exclusion, violence de groupe, rejet de la différence...
Ce sont des thèmes graves dont nous parle le jeune Alexis Van Stratum. Ces phénomènes de groupe sont à la base de bien des vicissitudes humaines. Tous, plus ou moins consciemment, nous les manipulons ou sommes manipulés. Ils sont ici restitués avec beaucoup de justesse dans un scénario qui rend bien compte de la complexité des rapports sociaux, présente même dans le cadre de relations enfantines. Chacun sait que le monde de l'enfance est cruel et que nous, les adultes, avons des rapports plus policés. Nous relativisons les émotions brutes et les jugements à l'emporte-pièce. Mais au fond, sommes nous vraiment différents des enfants que nous étions ? Avons-nous vraiment progressé dans le sens de la tolérance et de l'ouverture ? C'est sans doute ces questions que le réalisateur et scénariste cherche à remuer chez son spectateur en faisant incarner ces enfants par des adultes. L'idée est belle mais on reste interloqué par le spectacle de ces grands qui jouent comme des petits. Ce décalage obnubile un peu tout le reste. Et il a ses limites. Dommage pour le scénario qui présente vraiment des qualités d'observation et une grande finesse de rendu. Mais la prise de risque est méritoire et vaut d'être soulignée.

 

commentaires propulsé par Disqus