Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Novembre 2016
 

Les marches du palais de Samy Szlingerbaum

“Hideuse verrue à la face de Bruxelles, égout d’où s’échappe chaque matin, et où revient croupir chaque soir, ce ruisseau de vices et de mendicité, toujours débordé dans les rues de la capitale”, ainsi qualifiait-on, il y a 150 ans de cela, le quartier Saint Roch, enchevêtrement de ruelles étroites, comme autant de repères où se vautrait la populeuse et incoercible clientèle des cabarets. Comment cet espace de vie et de turbulence a t-il bien pu devenir le solennel et “un peu triste”  Mont des Arts que les Bruxellois connaissent ?

Les marches du palais de Samy SzlingerbaumLes marches du palais produit en 1982 est le second et dernier film de Samy Szlingerbaum qui décède quatre ans plus tard. Le court-métrage retrace la vie de ce faubourg, tour à tour quartier juif, domicile des seigneurs du brabant, des nobles bourguignons, des Espagnols puis des Autrichiens. Devenue capitale de l’Europe, la ville ambitionnait alors de se débarrasser du vice et de la mendicité qui couvaient en son sein. On fit alors usage de la méthode maintes fois éprouvée du nettoyage social à la pelleteuse.
Au croisement des vanités royales et bourgeoises, et au centre de l’axe Nord/Sud de la ville, le quartier fut la proie de toutes les hasardeuses expériences urbanistiques possibles, ouvrant la voie à ce qui est, depuis, une spécialité locale.

“La destruction de ce quartier ancien, dit le texte, c’est l’histoire du Bruxelles d’aujourd’hui.”
Mais comment raconter l’histoire d’un quartier ?, se demande Les Marches du palais.
“À partir de ce qu’il en reste”, tente t-il de répondre. En effet, qui reste-t-il à interroger, sinon quelques vieilles pierres en ce lieu d’où l’on a chassé la vie ?


Les Marches du Palais sera projeté à Flagey aux Quatre saisons de cinergie - Week-end du doc, le 18/11/2016, en même temps que La Ville, mode d'emploi de Thierry Odeyn, Les gestes du repas de Luc de Heusch et Charles et Félicien de Claude François.

commentaires propulsé par Disqus