Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/01/2005
Mots-clés : sortie en DVD, rencontre,
 

Madame Edouard de Nadine Monfils

Madame Edouard est l'adaptation du premier livre de la série du Commissaire Léon, le flic qui tricote depuis qu'il a arrêté de fumer. C'est Nadine Monfils, l'auteur elle-même, qui réalise le film, en transposant vers le grand écran l'univers burlesque des personnages. La grande différence, c'est que le film, contrairement au livre, veut souligner la potentielle belgitude des personnages et des lieux. Le mythique quartier de Montmartre est donc remplacé par les Marolles à Bruxelles. Là on trouve un bar appelé La Mort Subite, point de rencontre d'un casting rempli de stars françaises et belges : Michel Blanc (le commissaire Léon), Didier Bourdon (Mme Edouard), Annie Cordy (la mère du Commissaire Léon), Josiane Balasko (Nina), Dominique Lavanant (Rose), entre autres.
Madame Edouard est un film à suspense aux contours kitsch qui se veut, en même temps, un hommage à la tolérance et à la liberté ! Le message passe, malgré l'état de dérision permanente de l'histoire. L'intrigue policière occupe quand même la partie la plus significative du scénario mais ce qu'on retient à la fin c'est l'incroyable défilé des gags excessifs.
Le DVD nous offre cinq Bonus qui dévoilent l'univers de Nadine Monfils ainsi que les coulisses du film. Dommage que dans ces mêmes Bonus il n'y ait pas une partie consacrée exclusivement à la conception des boucles d'oreille du personnage de Josiane Balasko - responsables des moments les plus hilarants du film. En tout cas, un voyage dans ces Bonus nous permet de découvrir les influences, les angoisses et les envies des acteurs et de la réalisatrice.
« Il (Jean-Pierre Jeunet) m'avait dit que j'avais un univers et qu'il n'y avait que moi qui pourrait le mettre en scène »
Ou encore d'autres curiosités : le rôle-titre était destiné à John Malkovich qui, entre-temps, à dû rentrer aux Etats-Unis, en laissant le chemin ouvert à une composition réussie de Didier Bourdon. On trouvera également des images de l'avant première à Bruxelles, les filmographies des comédiens, et une partie dédiée aux vrais personnages de Montmartre qui ont inspiré l'auteur. Si vous croyez que la fiction est baroque, il ne faut pas rater l'original ! La vie imite l'art ou l'art imite la vie?


Questions posées à Nadine Monfils

Cinergie : Nadine Monfils, vous avez écrit beaucoup de textes et de romans en tout genre.
 Est-ce que le désir de porter à l'écran l'un d'entre eux vous passionnait ou est-ce une commande ?
Nadine Monfils : Je n'ai jamais travaillé sur commande pour la simple raison que je déteste ça. Dès qu'on me met une barrière, je la saute ! Genre la chèvre de M. Seguin...

C. : Madame Edouard est la première enquête du commissaire Léon. Comptez-vous poursuivre les aventures du cher commissaire ?
N. M. : Non, je ne compte pas continuer les enquêtes du Commissaire Léon au cinéma. Par contre, toute la série des 11 livres autour du Commissaire Léon va être rééditée aux éd. Complexe/Ramsay.

C. : Madame Edouard est un film policier qui fait un usage singulier du burlesque. C'est une manière de vous approprier un genre très codé.
N.M. : Je ne me pose pas ces questions en écrivant. Je pense avoir un univers qui m'est propre et je ne cherche pas à "m'approprier un genre" ou quoi que ce soit d'autre. J'aime la dérision car elle fait partie de ma manière de voir la vie. C'est typiquement belge, non ?

C. : Le film se passe en Belgique bien que vous habitiez à Montmartre. C'est un choix personnel ou un choix de la production ?
N. M. : Choix des deux. L'idée de replonger dans mes racines m'a plu. Les personnages que je croise à Montmartre, pourraient habiter dans les Marolles. Donc, je les aime.

C. : Pensez-vous que le support DVD, non seulement donnera une seconde vie au film mais touchera un public qui n'a pas l'habitude de fréquenter les salles ?
N.M. : J'espère de tout coeur que le DVD donnera une seconde vie à mon film

commentaires propulsé par Disqus