Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
septembre 2007
12/09/2007
 

Man Zkt Vrouw (Pas sérieux s’abstenir) de Miel Van Hoogenbemt

Pas de chance pour Léopold, le jour où il prend sa retraite, Ada, sa femme de ménage, véritable maîtresse de maison, lui annonce qu’elle rentre en Roumanie. Quand on sait que Léopold est déjà veuf, et qu’il ne parle presque plus à son fils, on se dit que son troisième âge ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. Oui, mais, alors qu’avec la complicité de son truculent ami Julien, Léopold s’inscrit sur un site de rencontre par Internet, débarque la remplaçante d’Ada, sa nièce Alina, qui n’a aucune, mais alors aucune, aptitude pour les tâches ménagères. Vous devinez la suite et c’est bien d’une comédie qu’il s’agit !

Deux ans après Miss Montigny, Miel Van Hoogenbemt, auparavant habitué au documentaire, signe une deuxième fiction, mais cette fois de l’autre côté de la frontière linguistique. Et bien lui en a pris, puisque, après le score quasi confidentiel de son premier opus, Man Zkt Vrouw (littéralement “H ch F”) a déjà dépassé les 100.000 entrées… au nord du pays. Enième preuve de l’enthousiasme du public flamand pour “leur” cinématographie nationale. Si la réciproque n’est pas vraie en communauté française, est-ce la faute du public ou des cinéastes ? Man Zkt Vrouw s’inscrit en tout cas dans un genre assez délaissé chez nous : la comédie romantique. Ce cinéma à visée “populaire” (pour certains c’est un gros mot, d’où les guillemets), s’offre en plus, dans ce cas précis, le luxe d’être fort bien emballé.
Dans le rôle principal, on retrouve Jan Decleir, le Gérard Depardieu flamand (Daens, De Zaak Alzheimer), une nouvelle fois irréprochable. Son interprétation tout en dignité mal assurée, permet à son personnage de trouver sa complexité lorsque le film devient plus sentimental, et convient parfaitement à la caméra humaniste de Miel Van Hoogenbemt. Un réalisateur qui s’attarde sur les non-dits dans un déluge de paroles (et de bons mots), toujours à hauteur d’homme, sans jamais pousser le gag jusqu’à ridiculiser ses personnages. Dans le rôle de Julien, le bekende vlaamse Wim Opbrouck est plus caricatural, voire cabotin, mais son personnage finit par être attachant.

Il faut souligner la performance de la jeune roumaine Maria Popistasu. Si elle a déjà joué en Grande-Bretagne, à son arrivée sur le film, elle connaissait encore moins le néerlandais que son personnage. Pourtant, sa fraîcheur envahit l’écran. Plus habituée aux productions francophones (avec notamment un rôle récurent dans la série “Les Cordiers”), Manuela Servais impose, en peu de temps, un personnage  drôle et triste à la fois. Elle complète un casting varié.

En effet, si le film est d’abord ancré dans la ville de Gand, il se déplace un temps en Normandie, et s’il bénéficie d’une truculence indéniablement flamande (on goûtera par exemple les nombreux accents), il s’agit bien d’une coproduction entre les deux communautés de notre petit pays. Il n’en est que plus regrettable, ceci considéré, que côté francophone, une seule copie sous-titrée soit actuellement visible (au Kinepolis de Bruxelles), mais on nous annonce une présentation au festival du film... francophone de Namur!

Partant de ce patronage mixte et du parcours de Miel Van Hoogenbemt, Man Zkt Vrouw semble s’inscrire dans un souci, plus large encore, d’ouverture et d’entente. On aurait envie de parler d’esprit européen. Ce n’est sans doute pas un hasard si, alors que Léopold ne voit encore en elle qu’un fardeau, c’est un cafetier congolais qui souhaite le premier à la femme de ménage roumaine la bienvenue dans notre pays. Le film nous invite souvent à combler le fossé entre les origines, mais aussi entre les générations, les langues et les classes sociales, sans idéalisme toutefois (Léopold ne fait qu’esquisser une réconciliation avec son fils).

Au rayon des bémols, la musique d’Erik de Jong, manque, elle, de cette finesse. Trop présente, trop évidente, elle a le don de gâcher quelque peu les moments d’émotions. Reste que cette comédie morale saura vous faire passer un bon moment, quel que soit votre âge… ou votre langue maternelle!

Site officiel : manzktvrouw

commentaires propulsé par Disqus