Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/07/2004
Mots-clés : sortie en DVD,
 

Marquis

Une métaphore sadienne étrangement contemporaine

Le film

C'est Byzance ! Il y a quelques mois, la sortie sur 3 DVD de la fabuleuse série des Téléchat réjouissait le cinéphile espiègle et dans la foulée resurgit maintenant, en cerise sur le gâteau, l'autre perle léguée par le trio infernal qui bouscula le paysage audiovisuel belge des années 80. Scénarisé par Roland Topor, produit par Eric Van Beuren et réalisé par Henri Xhonneux, Marquis plonge dans un univers sadien, reconstitué avec beaucoup de finesse jubilatoire et de sensibilité par le regretté animateur de Panique. A la veille de la révolution française, Marquis, le chien de la monarchie, est emprisonné à la Bastille. Isolé dans sa cellule, il n'a d'autres distractions que l'écriture et les dialogues qu'il entretien avec Colin, son sexe doué d'autonomie, de la parole et d'un sens critique pour le moins impertinent. Colin et Marquis philosophent et discutent de littérature, d'art, et de liberté sexuelle et politique. Parfois ils se disputent. Colin accuse Marquis d'être un utopiste, un idéaliste neurasthénique et verbeux. Marquis reproche à Colin son impulsivité, sa vulgarité. C'est alors la rivalité pour savoir lequel des deux, en réalité, dirige l'autre.
La dimension symbolique de cette superbe idée, tout à fait dans la veine de Topor, est encore renforcée par le fait que tous les protagonistes de cette histoire sont des animaux. Le film est joué par des comédiens qui ont tous le visage caché par un masque (qui, sur le tournage, empêchait les acteurs de voir). Marquis est un cocker aux oreilles tombantes. Il s'affronte à Don Pompero, un ecclésiastique caméliforme, qui condamne en public la licence des oeuvres de Marquis mais s'affaire en secret à les lui voler, pour les revendre à son profit à un libraire hollandais à face de hareng. Il y a aussi le geôlier, un rat inverti qui ne rêve que de faire subir à Marquis les derniers outrages, le gouverneur de la Bastille, un coq aux penchants sado-masos, et bien d'autres personnages. Sans oublier Justine, malheureuse et vertueuse vache persécutée par le vice, jetée par Don Pompero dans les bras de Marquis pour lui voler ses livres et qui fera naître chez ce dernier, un tendre sentiment, ni Juliette, une maîtresse jument qui fomente la révolution et cherche à faire évader le conspirateur Lupino en se livrant avec le gouverneur de La Bastille à des séances plutôt épicées. Parmi tous ces personnages emblématiques d'une société décadente et corrompue, à bout de course, Marquis, le dissolu, apparaît comme le personnage le plus digne, le plus intègre et le plus moral. Dans le Cinergie (papier) n° 64 de novembre/décembre 1989, Marc Van Hellemont écrivait à propos du film : «Topor et Xhonneux ont réussi à reconstituer une atmosphère parfaite. (...) . Irrévérencieuse ode aux libertés, Marquis, film difficile, s'inscrit surtout dans une catégorie devenue rare: celle des films d'auteurs, les vrais

Le DVD
 

Le film est présenté sur un seul disque, dans un très beau digipack mat, abondamment illustré. Ayant bénéficié d'un nouveau transfert télécinéma à partir des négatifs originaux, et d'une restauration intégrale de la bande son dans les laboratoires Télétota de Suresnes. L'oeuvre profite d'une qualité technique sans faille. On peut y apprécier le magnifique travail de décors et de fabrication des masques et des personnages. On craignait qu'il n'ait quelque peu vieilli après avoir traversé les années 90, marquées par la grande révolution numérique. A notre grand soulagement, le côté décalé qui découle de l'utilisation des masques et des marionnettes passe toujours aussi bien, accentuant l'aspect surréel de la fable imaginée par Topor et Xhonneux. Pas de gêne donc, pour apprécier à l'aise la délicatesse de l'histoire. Différents bonus complètent ce DVD d'excellente facture. Un making Of inédit du tournage nous fait partager l'extraordinaire travail de mise en scène, et découvrir enfin, sous les masques, les visages des comédiens. Une galerie d'images, un story board des animations et les bandes annonces du film, et de Téléchat nous replongent dans l'univers créatif débridé de cette joyeuse bande. Enfin, les biographies de Topor et de Xhonneux nous rappellent (ou font découvrir aux plus jeunes) combien riches et variées furent les activités de ces deux formidables artistes, tellement regrettés.

Une visite du site du film: http://www.marquis-ledvd.com/.
Voyez aussi http://www.rolandtopor.net/ et http://www.telechat.tv/
 

 Découvrez "Marquis" en VOD sur UniversCiné.be

commentaires propulsé par Disqus