Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Novembre 2010
05/11/2010
 

Mémoire du Congo-Zaïre. Fragments inédits de Thierry Michel

Thierry Michel et le Congo, c'est un rapport unique dans l'histoire du cinéma. Investi comme aucun autre réalisateur à ma connaissance, le cinéaste documentaire liégeois fait le tour de son sujet, l'explore sous ses diverses facettes. Depuis 30 ans, il élabore, au fil de ses films, un témoignage passionné, rigoureux et bien articulé sur un pays en constante mutation. À hauteur d’homme, fuyant les a priori et les images d'Epinal, il part à la rencontre des gens. Il témoigne d'un peuple qu'il aime pour son courage dans l'épreuve, sa débrouillardise et son inaltérable soif de vivre face à des défis démesurés. Il rend compte aussi de ses souffrances auxquelles il compatit sans tomber dans le pathos ni la facilité du politiquement correct. Dans ses rapports avec les Congolais, le maître mot est le respect dont Thierry Michel ne se départit jamais, quelles que soient les difficultés, les tracasseries administratives et policières, voire la violence à laquelle il est confronté. Au-delà de l'état des lieux qui, au fil du temps et des films, prend une valeur scientifique sans égale au cinéma, c'est toute la problématique des rapports nord-sud qui transparaît dans ses aspects humains, culturels, sociaux, historiques, économiques et politiques.

jaquette dvd Congo-ZaireÀ ce Congo qu'il aime, Thierry Michel aura consacré une grande partie de sa vie professionnelle. Les films qu'il a réalisés sur ce pays ne sont que la face émergée de l'iceberg. Dessous, il y a un énorme travail préparatoire. Des heures de recherches, d'interviews, mais aussi des repérages, des séquences non retenues…bref, une impressionnante quantité d'archives précieuses dormaient dans les armoires du réalisateur. Aujourd'hui, Thierry Michel les ouvre, et met à notre disposition, dans un superbe coffret de 6 DVD, ces images non diffusées. C'est du brut, livré dans l'état, donc dans une qualité variable de sons et d'images. Parfois, nous avons des interviews à peine montées, d'autres fois, une prise de vue sans commentaire. D'autres plans encore, dans tous les états de montage et de mixage jusqu'à des séquences pratiquement finies, mais finalement non gardées. Le tout, nettoyé, est découpé en modules qui font généralement de 1 à 5 minutes, même si certains peuvent dépasser le quart d'heure. Plus de 16 heures d'images en tout, le plus souvent passionnantes, parfois même plus intéressantes que ce qu'on trouve dans les films qu’ils éclairent et complètent idéalement.

Les séquences sont regroupées par thème, dans les différents disques, en fonction également des films dont les chutes sont ici présentées. Dans le menu même de chaque DVD, plusieurs entrées permettent de sélectionner les scènes en fonction de l’angle choisi (chronologique, sociologique, historique,…). L’histoire du Congo-Zaïre occupe les deux premiers disques (De la colonisation à Mobutu, et De Mobutu à Kabila). Les séquences sont généralement extraites des chutes de Mobutu Roi du Zaïre. La géographie prend place sur les deux DVD suivants (Un fleuve un pays : de l’embouchure à Yangambi et de Kisangani à la source). La matière est majoritairement tirée de la préparation de Congo River. Sur le cinquième DVD, consacré au Katanga minier, on trouve les documents de travail de Katanga Business. Enfin, le sixième DVD nous propose deux moyens métrages. Le premier, L'histoire racontée, est en fait une longue interview de l'historien Isidore Ndaywel qui raconte quelques moments-clés de l'histoire de son pays depuis l'indépendance jusqu'à la chute de Mobutu. Le second, Nostalgie post-coloniale a été réalisé dans la foulée du film Les derniers colons et est brièvement sorti sur la lancée de ce dernier en 1995. Il juxtapose les regards croisés de Congolais et d'anciens colons qui parlent, non de la période coloniale, mais de celle qui a suivi immédiatement l'indépendance jusqu'au début des années 90, et de l'évolution des rapports et des regards des uns sur les autres au cours de cette période.
Ces images ont une grande valeur documentaire et scientifique. Pour les cinéphiles, les critiques et les étudiants en cinéma qui approfondissent l'étude de l'œuvre de Thierry Michel, c'est un complément indispensable qui apprend beaucoup à celui qui sait regarder sur le travail documentaire du réalisateur et de son équipe. Pour les étudiants, les chercheurs, les journalistes, les enseignants, elles fournissent également un matériau d'autant plus précieux qu'inédit jusqu'ici. Pour les nostalgiques et les passionnés du Congo (et ils sont nombreux en Belgique) qui ont apprécié les films du cycle Congo-Zaïre de Thierry Michel, c'est un voyage en pays de connaissance, où ils retrouveront des personnalités et des lieux susceptibles d'éveiller leur nostalgie, bref, une forme d'album de famille. Mais ces images éparses constituent une somme, pas un tout. C’est la raison pour laquelle, sans doute, ils ne sont pas appelés à une diffusion aussi large que les films de Thierry Michel. Distribués par sa société de production (Les films de la Passerelle), le coffret est avant tout destiné aux spécialistes et aux passionnées et moins au grand public. Ce qui n'enlève rien à son côté incontournable.
Mémoire du Congo-Zaïre. Fragments inédits de Thierry Michel
Coffret de 6 DVD - Les films de la Passerelle

commentaires propulsé par Disqus