Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/01/2003
Mots-clés : sortie en DVD,
 

Mira

Le Film
Le film de Fons Rademakers est le premier d'une collection intitulée « Chronique du cinéma flamand » produit par la Cinémathèque Royale de Belgique avec le soutien de la Communauté flamande. Regrettons que la jaquette de couverture du film ne soit rédigée qu'en néerlandais privant le spectateur francophone unilingue de percevoir le sujet de Mira.
Mira, réalisé en 1971, à l'occasion du centenaire de l'écrivain Stijn Streuvels est une adaptation de l'un de ses roman "De teleurgang van de Waterhoek" ("le Déclin du Waterhoek") publié en 1927 et qui fit scandale à l'époque. Le film conte les transformations, dans les années vingt du XXième siècle, que Waterhoek, un village situé le long de l'Escaut, subit lors de la construction d'un pont enjambant le fleuve. En brisant l'isolement dont les habitants jouissent, ce pont, présenté comme un progrès, les relie au monde. Un monde qui représente l'inconnu, l'autre, l'étranger. La plupart des villageois s'opposent à la construction de l'ouvrage d'art. Deux clans s'affrontent : les conservateurs et les modernistes.Le drame se noue autour d'un double meurtre commis par Lander (Jan Decleir). Celui-ci tombe amoureux de Mira une jeune femme à la sensualité débordante qui contraste avec la rigidité dont font preuve les habitants de Waterhoek. Mira, interprétée par une Willeke Van Ammelroy éblouissante et Lander joué par un Jan Decleir époustouflant se rencontrent, s'aiment. Mais Mira, est une femme libre dans une société vivant en vase clos, fondée sur des traditions immémoriales. Mira est l'élément humain qui met la pagaille, l'élément matériel étant ce pont dont la symbolique n'échappe à personne.
Mira est le premier film flamand ayant obtenu, lors de sa sortie en 1972, un succès public sans précédent. En grande partie grâce au talent de Fons Rademakers, de Hugo Claus (lequel signe l'adaptation du roman) et de l'éblouissante Willeke Van Ammelroy. Plus de trente ans après sa sortie en salles, la vision en DVD nous montre que Mira n'a rien perdu des qualités qui ont conquis le public. C'est un film qui tient la route.

Bonus
1. Entretiens avec Hugo Claus, Jan Decleir et Jan Van Raemdonck (producteur).
2. Entretien avec Fons Rademakers, le réalisateur expliquant avoir travaillé sur des scénarios de films dès 1958 et ayant à propos de Mira cette phrase : « ce que je trouve formidable au cinéma c'est que vous y découvrez que la culture d'un peuple est toujours universelle »
3. La production, la distribution et l'impact du film. Jan Van Raemdonck nous explique à quel point la réalisation du film fut difficile « parce que nous n'avions pas d'industrie cinématographique ». André Weis, distributeur et exploitant de salles, lui, désirait faire connaître Mira au public francophone : « Je l'ai mis à l'affiche à Bruxelles et le public de Bruxelles et de Wallonie a suivi. J'étais émerveillé par le côté humain, social qui montrait que le peuple flamand était brimé sur le plan social ». Eddy van der Enden, le directeur de la photographie précise que le film était aussi un film sur la libération de la femme s'inscrivant dans la contestation de la fin des années 60.

Mira de Fons Rademakers. DVD Cinémathèque , série : Chronique du cinéma flamand. Distribution EMI.

commentaires propulsé par Disqus