FacebookTwitter
Webzine
décembre 2008

Editorial

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Evénements

Publication

Tournage

05/12/2008
 

Modus Operandi d’Hugues Lanneau

Faux départ

Un violon triste, un écran noir, des paroles qui s’envolent.                               
Un témoin apparaît seul, assis sur une chaise devant un fond noir. Il raconte son histoire.
Dès le début, Modus Operandi apparaît comme un de ces innombrables documentaires sur la déportation : loin d’être inintéressant, mais dont le contenu et la mise en forme ne révèleront rien de neuf. Un montage fait uniquement de témoignages, à un rythme trop lent, peu d’images d’archives et absence totale d’images d’illustrations… Tel semble être le stéréotype du documentaire sur la Shoah.
 
 

Surprise ! Le réalisateur Hugues Lanneau transforme rapidement le stéréotype en un documentaire captivant. Une voix off, un peu hachée, ce qui constitue peut-être le seul petit point faible du film, nous annonce le programme : La déportation des juifs de Belgique vers Auschwitz n’a pu se faire qu’avec l’aide, inconsciente ou volontaire, de certaines autorités belges. Comment ? C’est l’histoire de ce film. Notre histoire.
Les 30 premières secondes d’appréhension valaient la peine d’être vécues puisque s’en suit, pendant 98 minutes, une alternance dynamique de témoignages, d’images d’illustrations et d’archives visuelles et sonores savamment montées. Impossible de s’endormir. Collé à son écran, le spectateur explore les documents surprenants qui dévoilent des informations choquantes, inconnues jusqu’alors pour une majorité d’entre nous.
Que la Belgique ait collaboré d’une manière ou d’une autre à la déportation des juifs était un fait acquis, mais la manière dont cela s’était passé restait un mystère pour une grande partie du public. Saluons le travail de recherches qui a permis de retrouver des films antisémites diffusés à l’époque dans les salles de cinéma, ainsi que plusieurs documents concernant les faits dans différentes administrations du pays. Ce sont autant de preuves, comme le souligne un témoin, qui n’expliquent cependant pas comment il a été possible d’être aussi naïf.
Hugues Lanneau nous livre un film dynamique et instructif, loin du cliché auquel le spectateur s’était préparé. Un film fort, à diffuser le plus possible.

Luc Delorcé
Modus Operandi d’Hugues Lanneau. 98’.
Production : Les films de la mémoire. Distribué avec l’aide du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Communauté française de Belgique et des télédistributeurs wallons. www.film-modusoperandi.be

Profitez-en ! Cinergie vous offre la possibilité de remporter avant tout le monde des DVD de Modus Operandi. Rendez-vous sur la page concours.

 
commentaires propulsé par Disqus