Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/04/2008
Mots-clés : festival,
 

Montréal: Journal de Festival

Journal de Festival

Chaque année au mois de mars, et ce depuis 26 ans déjà, a lieu Le Festival du Film sur l’Art de Montréal autrement dit FIFA.
Montréal, au mois de mars, c’est la neige sur les trottoirs, l’accent, la chaleur humaine, la viande fumée de chez Schwarz et les cabanes à sucre.

26e_FIFAPremière journée

Le FIFA, c’est 45 films du monde entier en compétition, plus de 300 films programmés sur 10 jours dans 8 salles combles. Eh oui, Bruxelles a de quoi rougir vu l’enthousiasme général et les foules qui se pressent, bravant le froid et la tempête pour assister à tout tout tout ! Derrière tout cela, un fondateur et directeur dynamique, René Rozon, qui d’année en année, ne cesse de rajeunir. 
Cette année, 6 réalisateurs belges ont été sélectionnés dans diverses sections dont deux d’entre-eux en compétition. Petit journal pour un grand festival.Archives_du_Canada

Après un réveil en fanfare avec 6 heures de décalage, la première projection de presse a lieu à 9h00 dans le très beau bâtiment des Archives du Canada (voir ci contre).

Tout est organisé à merveille, café chaud et croissants tièdes nous attendent, ainsi que d’éminentes personnalités sur l’écran telles que Dali et Gala ou encore Christo et sa femme Jeanne-Claude qui réitèrent leurs exploits pharaoniques en exposant des centaines de voiles orange au cœur de Central Park… 

Deuxième journée

Après la projection, charmant déjeuner avec Monsieur le Directeur et Catherine Derosier-Pouchous (ici à gauche), responsable, depuis 6 ans, de la production audiovisuelle du Musée du Louvre.

Les productions du Louvre sont venus ici fêter leur 20ème anniversaire et présentent 14 films de leur collection que les habitués des Midis du Cinéma chez nous connaissent bien. Seule à bord, mais avec l’aide précieuse d’une historienne de l’art, Catherine Derosier-Pouchous parvient à produire ou coproduire 5 à 15 films par an…passion quand tu nous tiens !

Le réalisateur Peter Woditsch, lui, nous entraîne au cœur d’une enquête palpitante avec Secret Museums. Le Vatican, le British Museum, Le Louvre exhibent et cachent des chefs-d’œuvre de l’art érotique. Ce film belge, présenté seulement dans le panorama international, aurait eu pourtant toutes les chances de gagner un prix…dommage !Tombe la neige…Deuxième journée à l’abri de la salle obscure. L’artiste allemand Gerhard Richter monte le vitrail de la Cathédrale de Cologne pendant que le performeur Heinrich Lüber flotte au milieu de l’océan dans un costume orange, au-dessus de Paris dans un costume rose ou encore tient en équilibre instable à la station Rogier à Bruxelles (et bien oui !). Montréal est certainement, pendant 15 jours, la ville où l’on peut voir les choses les plus incroyables en un temps record…. Vertige !

Troisième journée

Le film En attendant les hommes de Katy Lena N'Diaye (voir webzine N° 122) tente sa chance. La réalisatrice belgo-sénégalaise était déjà montée sur le podium, il y a deux ans, pour Traces empreintes de femmes qui avait obtenu le Prix du jury. Qu’en sera-t-il de ce deuxième volet ? Mystère...

Autre film en compétition, Here-After de Wim Vandekeybus (voir webzine N° 118) que nous avions adoré. On chuchote dans les couloirs. On fait des pronostics pendant que le directeur, René Rozon (ici à droite), court de gauche à droite. Quand on l’aperçoit, c’est le plus souvent l’oreille collée à son portable pour régler les détails.

Tiens, il vient de sauter dans un taxi !

Ce matin, un film a fait parler de lui ! Flow : A tribute to the artist of « O » d’Oana Suten Khintirian. Pour les uns trop esthétisant, pour les autres, carrément fascinant ! Ce film canadien nous plonge dans l’univers poétique et aquatique du spectacle du cirque du soleil, avec, pour la mise en scène, le plus louviérois des italiens, Franco Dragone.
Quatrième journée
Le festival se poursuit avec quelques événements spéciaux pour la Belgique. Le cinéma ONF présente Une pensée sauvage de Karine de Villers consacré à Luc de Heusch (voir webzine n°117) dans la section Regards sur le 7ème art et HA BI BA de Mathieu Labaye dans la section Art brut. La salle est comble et les applaudissements plus que chaleureux.
Le jour s’est levé belge.

Le_jour_s'est_levé_belgeCinquième jour

Le film d’Antonin De Bemels, Se fondre (voir webzine N°115) a été sélectionné dans la section Arts médiatiques. Les festivals sont toujours une bonne occasion pour que les films expérimentaux puissent trouver leur public. Nous avons d’ailleurs l’immense privilège de voir 20 des 50 portraits vidéos réalisés par l’immense Robert Wilson. Brad Pitt, un putois, Winona Ryder, une chouette, La princesse Caroline de Monaco, une grenouille sont autant de personnages mis en scène dans ce Voom Portrait pour le moins... éclectique et savoureux.

La_révolution_en_bleuC’est la dernière ligne droite. Demain, nous aurons enfin les noms des lauréats. Nous essayons d’en savoir un peu plus auprès de François Lévy-Kuentz, membre du jury et vainqueur, l’année passée, du prix du Meilleur portrait pour Yves Klein - La révolution en bleu ! Que nenni, il ne souffle mot, sinon qu’il a vu de « très belles choses »… On n’en saura pas plus.

Dernier jour

Les jeux sont faits. La soirée de clôture a lieu au Musée des Beaux-Arts. Le film de présentation, En attendant les hommes, soulève un tonnerre d’applaudissements. On défait les enveloppes enfin !

En_attendant_les_hommesUn prix pour deux films belges en compétition, c’est déjà plus que bien. Quelques déceptions tout de même en entendant égrener les noms du palmarès. Un (très) regrettable absent : l’excellent Lucian Freud d’Hector Obalk qui nous conduit avec vivacité au cœur des tableaux de ce peintre britannique du XXème siècle et par là, vers un réel questionnement sur tout ce qui fait ou non la beauté d'un tableau. « Le prix de la création est décerné à…. Wim Vandekeybus pour Here-After. »

Les Pays-Bas sortent grands gagnants de cette édition 2008 dont voici le palmarès :

 Grand Prix
Jimmy rosenberg – The Father, the son and the talent de Jeroen Berkvens (Pays-Bas)

 Prix du Jury
By the ways, a journey with William Eggleston de Vincent Gérard, Cédric Laty (France)

 Prix du meilleur film éducatif
Looking for an icon de Hans Pool et Maaik Krijgsman (Pays-Bas)

Prix de la création
Here-After de Wim Vandekeybus (Belgique)

Prix de la meilleure œuvre canadienne

Ex æquo
Achever l’inachevable de Jean Bergeron (Canada)
Et
L’atelier de mon père de Jennifer Alleyn
(Canada)

 Prix du meilleur essai
Le Frivole et le complexe – La dentelle d’Alain Fleischer (France)

 Prix du meilleur portrait
Eileen Gray – invitation to a Voyage de Jörg Bundschuh (Allemagne)

 Prix du meilleur reportage
Andy Warhol : denied de Chris Rodley (Royaume-Uni)

 Prix du meilleur film pour la télévision
Ellsworth Kelly : Fragments d’Edgar B. Howard et Tom Piper (États-Unis)

À suivre...
Pour tous ceux qui n’ont pas eu la chance d’assister au festival, le palmarès complet sera présenté à Paris dans quelques mois. Et voilà, la 26ème édition se termine. Rendez-vous est pris pour l’année prochaine. Un soleil glacial nous accompagne à l’aéroport. Bye bye Montréal.

commentaires propulsé par Disqus