Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
15/12/2005
 

Mot de Doria, notre inform@ticienne

3h40 du matin.
Je quitte le clavier pour reprendre un stylo bille.
Ce n’est pas Jean-Michel qui me contredira, jamais l’informatique ne remplacera cette sensation.
Apres avoir travaillé vos textes pendant près de 5 heures, je me dis que finalement moi aussi je vais rédiger quelques lignes.
Et bien commençons par les formalités d’usage :
Je m’appelle Doria et je travaille comme webmaster chez Cinergie.
Je suis également responsable de l'asbl Net-ceter@ qui s'occupent de développer des sites internet, principalement pour les associations.
Si vous êtes passé au cours de ces 6 derniers mois sur le site, vous aurez eu l’occasion d’apercevoir mon adresse email, doriah@net-cetera.be sur la page principale. Comment ça vous ne l’avez pas vue ? C'est vrai, ça ne fait que 6 mois qu'elle y est.

Au passage, merci au 400 d'entre vous qui m'ont envoyé leurs mises à jour. Je n'ai pas pu répondre à tout le monde mais je les ai bien reçues. Et pour les autres, pas de panique, il n'est pas trop tard . Mon mail reste toujours ouvert à vos coordonnées.
Allez, Hop ! (non on ne va pas parler de Dominique…), revenons quelques mois en arrière.

Après un graduat en marketing suivi d’un autre en informatique, je cherchais désespérément à me faire une place dans la vie active, d’une petite place bien au chaud au fond d’un bureau avec le café à volonté, et voilà que je reçois un coup de fil d’une certaine Dimitra me proposant un travail :
« Nous sommes à la recherche d’un informaticien pour nous aider à encoder la base de donnée de notre annuaire »
De l’aide pour un annuaire ? Ils se prennent pour les pages jaunes ?
« Nous répertorions actuellement plus de 2000 professionnels du cinéma »
Ah oui, quand même ! Ca doit être sérieux Cinergie.
« Pourrait-on se rencontrer ?…et bien après-demain si vous êtes libre »
C’est qu’on ne perd pas de temps chez Cinergie, parce que le temps c’est…mais non, pas de l’argent ! vous n’avez rien compris ! Le temps c’est des mails qui s’accumulent et qu’il va falloir traiter à la vitesse vv’ pour ne pas recevoir d’autres mails des mêmes personnes nous demandant si on a bien reçu leur message envoyé il y a déjà dix minutes que l’on n’a pas encore mis en ligne.
Comment ça j’exagère ? Peut être, mais pas tant que ça...
Un des avantage d’être informaticien est de pouvoir faire un tas de boulot sans avoir des notions préalables sur le domaine dans lequel on travaille, ce qui en l’occurrence était mon cas.
Le cinéma belge me parlait autant que le cinéma paraguayen, quant aux notions techniques, n’en parlons même pas.
Me voilà donc deux jours plus tard devant la maison de la francité. Je sonne.
« Allo ?…C’est Doria…Allo ?…C’est Doria…Allo ?… »
Ok, l’interphone ne fonctionne pas, mais on m’ouvre la porte. Seconde porte, je me dis que c’est reparti pour un tour.
« Allo ? …C’est Doria…Monte, c’est tout en haut »
Lorsqu’on me dit « C’est tout en haut », je pense immédiatement à mon appartement situé au 3 ème étage, à 64 marches de hauteur (et bien oui, certains collectionnent les bibelots, moi c'est les chiffres).

Je monte…61…62…63…où suis-je ? Henri Storck  ? CFA ? Ca ne doit pas être là. Je vois une affiche toute innocente au mur : Cinergie c’est tout en haut, courage !
Et quoi ? Ce n’est pas encore fini ! ...82...83...84... Enfin arrivée!
Cela fait maintenant 6 mois que je monte ces marches et à chaque fois, que j’arrive en haut et qu’on me demande si ça va, la réponse qui me vient naturellement est « oui, fatiguée, mais ça va »
Maintenant qu'un semestre entier s'est écoulé, je peux bien te le dire : Dimitra, je te préfère de loin sans tes lunettes. Pourquoi ? Hum, disons qu'elle conviendrait parfaitement au role d'Harriette Poter (rire)
On m’explique ce qu’est Cinergie : cinéma belge… annuaire… brèves… entrevues… annonces…, ok je vois le topo.
« et tu peux commencer quand ?…et bien à demain alors »
Je vous l’ai déjà expliqué, le temps c’est de l’espace gagné dans sa boite mail et dans mon cas, des ajouts à la base de donnée.
Le lendemain, j’arrive dans les bureaux. Toujours ces satanés marches. Ne disparaîtront-elles donc jamais ? Liliane, ne peux-tu pas introduire une demande de subside pour un ascenceur? (j'avoue, le sport, ce n'est pas mon fort)
Jean-Michel, Dimitra et Gregory sont présents pour la salade party de midi. Oui, chez Cinergie, on peut manquer de papier, mais pas de salade à midi. Au pire, je me dis quelques fois, qu’on pourra la récupérer et écrire dessus.
Et ça papote, et ça papote. Et de quoi donc ? Et bien oui, de cinéma, pourquoi ? Vous en doutiez ?
 Je suis là, assise au milieu de trois cinéphiles invétérés, moi qui allume ma télé une fois par semaine pour regarder les experts, qui ai vu Starwars la première fois pendant le mois d’août dernier (et encore, en trois fois) et qui vais au cinéma deux fois l’an.
Mais chez Cinergie, on aime l’ambiance familiale et Dimitra et Jean-Michel tentent tant bien que mal de me faire participer à la conversation.
Et au bout de chaque phrase, mes seules répliques sont « c’est qui ? » « c’est quoi ? »
Et la question tombe finalement : « Le cinéma ne t’intéresse pas ? »
Ben si m’dame, c’est juste que je passe plus de temps devant un écran de pc que devant un écran tv.
« Mais tu as déjà vu des films belges quand même ? »
Euh…(vite, vite, réfléchissons)...oui ! C’est arrivé près de chez vous !
« Tu sais, le cinéma belge se développe beaucoup et se fait remarquer de plus en plus, d’ailleurs les frères Dardenne ont remporté une palme à Canne »
Les frères qui ?
La crise d’apoplexie était imminente pour Dimitra, je la voyais déjà s’effondrer devant un tel seuil d’inculture cinématographique.

« Ma fille, il va falloir t’y mettre! » me dit-elle d'un ton solennel.
Et pour m’y mettre, je m’y suis mise ! Je n’irais pas jusqu’à dire que je regarde toutes les émissions de Tout-court mais il est vrai que depuis, au lieu de regarder les Nième rediffusion de la starac (euh, vous m’excuserez, mais à 3h du matin, on ne choisit plus son programme), j’opte plutôt pour des redif d’Arte où j’ai eu l’occasion de voir dernièrement Des épaules solides d’Ursula Meier.
Mais revenons à nos moutons.Après de nombreuses discussions sur la façon dont fonctionnait le site et sur la forme qu’il allait prendre j’ai commencé la partie purement informatique qui était de mettre sous base de donnée toutes les informations de Cinergie.
Mais une base de donnée c’est quoi ? On peut se représenter une base de donnée comme une immense bibliothèque, où seraient groupées toutes les informations. Ces informations sont classées et rangées pour y accéder plus facilement.
Prenons un exemple concret : L’Iceberg d’Abel et Gordon.
Pour mettre ces informations dans une base de donnée, voici comment on procède :
On crée dans l’annuaire deux fiches de professionnels : une pour Fiona, une pour Dominique.
On crée ensuite une fiche « L’Iceberg » dans la filmothèque reprenant les informations sur le film.
Imaginez maintenant qu’on relie les fiches de Fiona et Dominique à la fiche du film par un fil que l’on appellerait « Réalisateur ». C’est ce qu’on appelle les liens.
Tout va bien jusqu’à présent ? On continue.
On crée une fiche « article » pour présenter la sortie en salle du film. Et on recrée un lien partant de cet article : Un vers le film, et deux autres pour les réalisateurs.
Nous voilà donc avec 4 fiches et 5 liens pour un seul article.
Dans le principe, rien de difficile me direz-vous. Seulement voilà, tout n’est pas aussi simple. Pour qu’un site soit performant, un changement d’habitudes et de mode de travail s’impose, au grand désarroi de Dimitra.
Mais comme je ne cesse de lui répéter : courage, l'encodage est fastidieux mais ce sera beaucoup mieux pour cinergie, comme pour les visiteurs.
J’entends déjà au loin les commentaires : « mais on n’a pas vu de changements notables depuis 6 mois! »
En effet, nous attendions tout simplement que le site soit suffisamment performant pour vous le proposer. Je n’aurais pas la prétention d’affirmer qu’il est aujourd’hui sans failles mais j’ai fait mon possible pour vous offrir le plus d’aisance possible dans son utilisation.
Alors au programme :
Tout d’abord, et ce sera le plus visible de prime abord, une nouvelle présentation. Pour vous mettre sur la piste, disons que le E de Cinergie est toujours rouge. Quoi ? Vous en voulez d’avantage ? D'accord : vous avez déjà une partie de la future présentation sous les yeux.… on me souffle à l’oreille qu’il ne faut pas en dire plus, désolée.
Sinon, sur le contenu, il y a toujours les mêmes rubriques que sur le site actuel, avec quelques autres fonctionnalités en plus. Vous voulez être tenu au courant de nos annonces ? Pas de problèmes, ce sera à votre disposition. Vous êtes un professionnel et vous avez envie de partager quelques lignes sur votre parcours ? Ca aussi c’est prévu. Je ne vous en dis pas plus, vous le découvrirez par vous-même.
Il est vrai que ça nous a pris un temps fou, et ce n’est pas encore fini.
Pour vous donner une idée de ce que contient notre « petite » base de donnée disons qu’elle comprend :

  • Plus de 1000 organismes
  • Près de 2000 professionnels
  • Plus de 800 films
  • Plus de 800 articles (seront disponibles, les articles de 2002 à 2005, le reste arrive)
  • Et puisqu'on parlait des liens : environs 10.000 liens, toutes informations confondues
  • A l’occasion du 100ème numéro, je voulais d’abord faire un cadeau à tous les internautes passionnés du cinéma sans qui Cinergie n’aurait pas de raison d’être :
  • Le site sera disponible après les vacances de noël. Je mettrai un livre d’or à votre disposition pour accueillir vos réactions. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques, c’est ainsi qu’on s’améliore de jours en jours.

Ensuite, je voulais remercier personnellement Dimitra et Jean-Michel pour la bonne humeur quotidienne chez Cinergie, pour le soutient moral qu’ils m’ont apporté durant ces derniers mois qui n’étaient pas très roses et pour la confiance qu’ils m’ont accordée.
Je salue également au passage Nicole et Sara du CFA que j’apprécie énormément.
Que pourrais-je vous souhaiter de plus si ce n’est de continuer le travail formidable que vous accomplissez et de grandir chaque jour un peu plus sur la toile du web.
Merci aussi pour toute la culture du ciné belge que vous m’avez permis d’acquérir aux cours de ces mois passés au sein de l’asbl.
En espérant rester toujours amis.
Noyeux Joël et bonnes vacances à tous !

 

 

PS : Ne t'inquiète plus Dimitra, je sais à présent qui sont Luc et Jean-Pierre...

 

commentaires propulsé par Disqus