Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/2004
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Mr. J. Russel de Wouter Sel

Mr. K. niche dehors

Que serait notre vie si du jour au lendemain un sursaut d'instinct bestial prenait possession de notre humanité et nous obligeait d'adopter en l'occurrence les comportements quotidiens d'un chien ? Voila l'étrange métamorphose que va vivre Monsieur J. Russel dans le court métrage d'animation homonyme de Wouter Sel. Cela commence en douceur mais très vite J. Russel succombe joyeusement aux attraits et autres nécessités de sa nouvelle condition. Et le voila qui commence à faire les poubelles et se rouler dans l'herbe, à donner de la gueule et arroser les réverbères, à suivre les chiennes en chaleur et renifler les postérieurs des passants, adoptant en cela les attitudes les plus communément partagées par la gent canine. Drôle et irrévérencieux, le scénario de Wouter Sel se nourrit allégrement de cette transformation. Mariant vulgarité et humour grinçant, il joue à fond la carte de l'animalité pour mieux se moquer de notre nature civilisée.  D'autant qu'il ne se limite pas au simple énoncé des mésaventures de cet homme qui se prend pour un chien. Subtilement Wouter Sel pousse le bouchon plus loin en le dotant d'une épouse qui, ne comprenant rien à ce qui arrive  à son mari, se targue du bon droit de sa normalité. Ce qui renforce encore la charge corrosive du film et lui permet de conclure sur une trouvaille des plus savoureuses et qui en dit long sur nos prétentions d'êtres humains. Bourré d'inventions, bien rythmé, dessiné simple sans faire joli avec une pointe de mauvais goût qui colle au sujet, Mr J. Russel réussit ce mariage difficile et si rare entre le développement d'une bonne idée et le souci d'une vraie réalisation.

commentaires propulsé par Disqus