Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
09/07/2010
 

My Queen Karo

 

Dorothée Van den Berghe, contrairement à son prénom à consonance infantile pour les francophones (Ah ces parents qui n'imaginent pas leur petite fille grande !) est une réalisatrice qui affirme son indépendance féminine de films en films. Après Meisje, mettant en scène une jeune provinciale débarquant à la capitale dans le seul but de s'émanciper de l'étau familial, Dorothée nous raconte, avec My Queen Karo, l'histoire d'une enfant née dans les années contestataires des Golden Sixties. La jeune Karo, trop petite pour analyser les contradictions de ses parents et des adultes avec qui elle partage une vie communautaire, est néanmoins catapultée dans l'âge de raison plus tôt qu'elle n'aurait dû. Enfant unique d'un couple de jeunes hippies (merveilleux Matthias Schoenaerts et Déborah François), ballotée d'un squat à l'autre par un père radical qui ne veut faire aucune concession dans son idéologie anti-capitaliste, Karo (Anna Franziska Jäger, saisissante) observe, du haut de ses dix ans, les limites de la liberté d'aimer. Une belle page de l'histoire de l'Amsterdam du début des années 70, de laquelle ne reste plus que les Coffee Shops, pâles symboles d'une société qui a voulu s'émanciper du carcan puritain.

En bonus, deux courts métrages exquis, Zoé et Kroeskop, dans lesquels on retrouve la maîtrise scénaristique et photographique d'une réalisatrice venue des arts plastiques. Sans aucun doute, Dorothée Van Den Berghe crée des films à voir et à entendre et non de simples histoires illustrées.

My Queen Karo de Dorothée Van Den Berghe. Dvd produit et distribué par Lumière.

commentaires propulsé par Disqus