Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Mars 2016

Robinson Crusoé, une animation à voir en 3D

Keeper - En salles le 9/03

Belgica - En salles le 02/03

BIFFF - 34ème Edition - Dossier

Sorties DVD

et également

 

No Offense de Kris Borghs (Anima)

Le court-métrage d'animation No Offense de Kris Borghs n’a pas remporté de prix au dernier festival d’Anima mais il est certainement promis à de nombreuses sélections dans les festivals. Drôle, politique, engagé, impertinent, ces presque 7 minutes sans paroles règlent leur compte, avec humour, aux extrémistes de tout poil et à tous ceux qui pensent que la pensée unique est la seule voie possible.

Sur une ligne électrifiée défilent, suspendus à des crochets, des bagnards rasés et empyjamés… Leurs points communs ? Ils ont tous à la main un carton à dessins et vont passer, les uns après les autres, devant un jury afin de savoir si leur caricature rangée dans leur carton peut oui ou non faire offense à quelqu’un.
Au total, 12 jurés vont être chargés de faire brûler vif le dessinateur à grand coup de buzzer ou de lui accorder la grâce… Il faut dire que devant les membres d'un tel jury, il ne va pas être facile de réchapper aux flammes !
Personne ne semble manquer à l'appel : Castro, Kadhafi, Hitler, Mobutu, Poutine, Busch, Kim Jong il, le pape, une femen, une islamiste avec voile intégral, un rabbin, et même... un membre du Hells Angels Motorcycle Club.
Visiblement inspiré par les événements tragiques survenus au début de l’année 2015 à Charlie Hebdo, Kris Borghs rend là bien plus qu’un hommage, il s’offre en prime l’opportunité de se foutre de la gueule d’absolument tout le monde, sans exception, sortant, les unes après les autres, les pires caricatures politiques,religieuses ou claniques! 
Avec une imagerie proche d’un cauchemar totalitariste qui rappelle les camps de concentration, avec wagon en bois débarquant les condamnés, drapeaux noirs et blancs, clair de lune à faire pâlir les vampires, machine à déshumaniser, l’animateur met au point une farce macabre très réussie. Le héros de cette histoire, bien déterminé à ne pas passer sur le bûcher est parvenu à garder sur lui son arme ultime : un crayon !!! Enfin, c’est sans compter que les cons sont toujours plus nombreux qu’on ne le pense !

commentaires propulsé par Disqus