Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/12/1996
 

Noël au Balcon de Martine Doyen

Bonne fête, Paulette !Caroline Rottier et Martine Doyen sur le plateau de Noël au balcon © JMV

Caroline Rottier reçoit des mains d'Anne Moralis les dernières retouches d'un maquillage particulièrement complexe. Les cheveux attachés sous une perruque à l'anglaise, le visage pâle, aux lèvres foncées et aux yeux très maquillés que souligne de faux cils à la Garbo période muette, elle se fait ajuster une longue robe conçue par la costumière Isabelle Lhoas. Un miroir Art déco lui renvoie l'image d'une beauté des années folles faite à croquer. C'est qu'elle interprète Madame Zebrinska, une artiste russe dont l'univers féérique fascine Paulette, la jeune héroïne de Noël au balcon.
Ce court métrage raconte le réveillon de Paulette, dix ans, partagée entre les exigences d'un père et d'une mère divorcés qui ont obtenu que leur fille passe Noël dans la famille paternelle et le Nouvel An avec la parentèle maternelle.
C'est le troisième film de Martine Doyen et, comme les autres, il explore la distorsion entre le monde réel et le monde imaginaire. L'équipe monte un travelling avant dans un couloir étroit tapissé de velours rouge et de satin bordeaux. A l'avant-plan, un rideau de perles qui, sitôt franchi par Paulette, nous conduit chez Madame Zebrinska. La réalisatrice vérifie le cadre et demande un éclairage plus diffus. Elle aime les courtes focales et la caméra s'approche très près de Paulette, en amorce, puis de Madame Zebrinska qui sert de modèle à un peintre farfelu dont le look rappelle Salvador Dali et la peinture, Dufy.
Pendant la pause du déjeuner, Sarah Due, huit ans, la jeune interprète de Paulette, nous confie ses ambitions. Plus tard, elle veut partir à Hollywood, devenir une star, comme Marilyn Monroe. Entre le rêve et la réalité, comme le cinéma de Martine Doyen.

Lidia Gervasi et Jean-Michel Vlaeminckx
commentaires propulsé par Disqus