Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
février 2008
01/02/2008
Mots-clés : sortie en DVD,
 

Odette Toulemonde de Eric-Emmanuel Schmitt

Odette Toulemonde, passage de l’écriture à la réalisation (et inversement)

Odette Toulemonde est le premier long métrage réalisé par Eric-Emmanuel Schmitt. Connu, avant tout, pour ses romans à succès et ses pièces de théâtre, il n’est cependant pas tout à fait étranger au milieu cinématographique, ayant auparavant écrit des scénarios pour l’adaptation de nombreux romans au cinéma. Alors que souvent, un livre donne lieu à un film, c’est l’inverse qui se passe ici. L’histoire d’Odette Toulemonde est un scénario original, et non un récit déjà existant. C'est le film qui donnera donc lieu à un livre.

Odette Toulemonde de Eric-Emmanuel Schmitt

Odette Toulemonde est une comédie sur le bonheur, un film sur la joie de vivre. Odette n'a objectivement rien pour être heureuse, mais  l'est, tandis que Balthazar Balsan, écrivain de renom, a tout pour être heureux mais ne l'est pas. Il n’a plus confiance en lui, en son talent, et ne trouve plus sa place dans ce monde d’intellectuels auquel il a toujours voulu appartenir. Odette incarne la gentillesse et la tolérance (fils homosexuel, voisins échangistes,…). Elle est attentive aux autres, altruiste et généreuse.

Odette Toulemonde de Eric-Emmanuel Schmitt

 

Des critiques littéraires reprochent à Balthazar l’utilisation de clichés, de formules toutes faites et de phrases creuses. Ils lui reprochent ses lectrices : des femmes sans culture, ni éducation, des ménagères, des caissières, des vendeuses, des coiffeuses, etc. Odette fait partie de toutes ces femmes, de celles qui collectionnent les poupées et qui ont un papier peint représentant un coucher de soleil. Cependant, Odette voit les choses autrement : Balthazar parvient à émouvoir des gens peu cultivés.
Grâce à Odette, il finira par comprendre que c’est pour toutes ces personnes qu’il écrit, chose qu’il avait fini par oublier. Alors que Balthazar vient prendre des cours de bonheur chez Odette, en échange, il va lui permettre de ré-apprivoiser son corps, corps auquel elle refusait tout plaisir charnel depuis la mort de son mari.Enfin, elle est persuadée qu’elle doit son bonheur et son optimisme à Balthazar, son auteur préféré, parce que, selon elle, ses romans lui font du bien. Pour le remercier, elle lui écrit une lettre qui dira « dans vos livres, vous montrez que dans toute vie, même la plus misérable, il y a de quoi se réjouir, de quoi rire, de quoi aimer. (…) Grâce à vos livres, j’ai appris à me respecter ». Cette lettre va tant émouvoir l’écrivain qu’il finira par entrer dans la vie d’Odette de façon inattendue. Chacun d’entre eux finira par grandir au contact de l’autre.

Odette Toulemonde de Eric-Emmanuel Schmitt

Une anecdote authentique est à l'origine de ce récit, tout comme Odette à Balthazar, une femme a tendu à Eric-Emmanuel Schmitt, lors d’une séance de dédicace en Allemagne, une lettre décorée par des anges, des guirlandes de fleurs et comprenant un cœur en mousse à l’intérieur. Tout comme le personnage masculin dans son film, l’écrivain fut vexé et honteux d’avoir une lectrice comme elle, et tout comme lui, il fut finalement affecté par la lecture de la lettre et par son aspect trop kitch qui n’était, finalement, qu’une manière d’exprimer de l’affection et de la gratitude.
Les bonusIl comprit alors que ce qui compte réellement est la qualité et l’authenticité des sentiments et non la façon dont la personne les exprime.

La sortie DVD permet aux spectateurs, outre de découvrir ou re-découvrir le film, de s’attarder sur différents bonus. Tout d’abord, le making of intitulé le « Le monde d’Odette » permet au réalisateur et aux deux acteurs principaux, Catherine Frot et Albert Dupontel, d’évoquer leurs impressions vis-à-vis des personnages, du film et du travail de chacun. Leur propos, en voix-off, s’illustrent par des séquences de tournage (répétition d’une scène, préparation du matériel, discussion autour d’un dialogue, etc). Catherine Frot explique, notamment, avoir eu le sentiment d’avoir à incarner un personnage rare, car il appartient au monde des rêves. Elle ajoute que c’est ce côté naïf qui l’a séduit, ainsi que le côté dansé du scénario. Pour Eric-Emmanuel Schmitt, la comédienne a beaucoup donné à son personnage : de la force et de la fragilité, un aspect aérien, fantastique, mais en même temps, très terre-à-terre. Dans une autre partie des bonus, le parcours professionnel de l’écrivain est retracé, dans les grandes lignes, sur fond de photos, d’images d’archives et de films de familles. Ensuite, Eric-Emmanuel Schmitt évoque son métier d’écrivain et sa passion pour le cinéma. Il parle de sa peur d’apparaître illégitime dans sa position de metteur en scène et du fait d’avoir éprouvé quelques difficultés à trouver sa place au cours des premiers jours. L’univers de Balthazar est un univers qu’il connaît bien car c’est celui du monde de l’écriture et de l’édition. Celui d’Odette ne lui est, pas non plus étranger car sa famille vient, comme elle, d’un milieu modeste. Ces derniers éléments l’ont rassuré et l’ont convaincu de sa capacité à faire un film. En effet, qui d’autre qu’Eric-Emmanuel Schmitt connaît mieux l’univers d’Eric-Emmanuel Schmitt… Les bonus se terminent alors par des micro-trottoirs, filmés lors d’une séance de dédicace, où les lecteurs et admirateurs parlent de leur découverte de l’écrivain et ce qu’ils apprécient dans son écriture. Résultat : une écriture simple, accessible à tous, avec un message et un caractère universel.

Odette Toulemonde écrit et réalisé par Eric-Emmanuel Schmitt. Une production de Gaspard de Chavagnac. Une coproduction de Bel Ombre Films, Antigone Cinema, Pathe Renn Production, Les fils de l’Etang, TF1 Films Productions et RTBF. Musique composée par Nicola Piovani. Distribution : Melimedias

 

commentaires propulsé par Disqus