Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/02/2008
Mots-clés : rencontre, film de fin d', études,
 

On continue ! de Zhao Meng, jeune réalisatrice chinoise

Zhao Meng
Née à Pékin en 1980, Zhao Meng a obtenu son diplôme de Master en Réalisation à l’Académie du Cinéma de Pékin en 2006. 
Keep going on ! (On continue !) est son premier long métrage, film de fin d'études, terminé en 2006 qu'elle est venue présenter lors du Festival CinéChine au Vendôme.
Rencontre avec une jeune femme qui fait un film sans en avoir l'air !

Zhao Meng : Ce n’est pas un film sur le bonheur, mais plutôt un film sur le courage d’abandonner son environnement quotidien pour se lancer dans l'inconnu. J'ai choisi trois vieilles personnes pour marquer la force qu'il faut pour changer de cap ! 

Cinergie : On continue ! est un road movie dont les trois héros sont des vieillards, qui, à la fin de leur vie, décident de vivre pleinement. Faut-il attendre d'être vieux pour être heureux ?
Z.M: Je me suis personnellement retrouvée devant une situation où je devais prendre de grandes décisions pour mon futur, et j'ai eu beaucoup de mal à trancher ! En terminant l'école secondaire, j’ai décidé de rentrer dans le cinéma, mais je n’ai jamais vraiment eu de raison particulière pour vouloir faire du cinéma. Une fois à l’école, je me suis rendu compte que c’était un monde très difficile, et qu’il faut toujours se battre, parce que c’est un métier fondé sur le talent. Je ne me sentais pas capable d'y arriver, j’avais l’impression que je n’étais pas faite pour ce métier. J’avais envie de rompre tout à fait avec ma décision, de quitter simplement l’école et de commencer une nouvelle vie. Je me suis aperçu alors que je n’en étais pas capable, que je n’osais pas. Pour moi, la liberté est justement de pouvoir rompre, de pouvoir choisir soi-même son environnement et la profession qu’on veut. C’est de pouvoir choisir à quoi va ressembler sa vie.Portrait de Zhao Meng, réalisatrice chinoise de
Il ne faut pas y voir une métaphore de l’histoire chinoise. Je me suis vraiment focalisée sur la psychologie et les sentiments de ces trois personnages. Il n’y a aucun symbolisme derrière. Etant encore jeune, je n'ai que 28 ans, je n'ai connu qu'une situation économique qui ne fait que s’améliorer, accompagnée d'une stabilité politique. Je n’ai pas connu la Chine dans tous ses états chaotiques. Je suis dans une position confortable, et je peux me permettre de faire des films qui se centrent sur les personnages et leurs sentiments. La jeune génération est moins intéressée à critiquer la société ou à prendre des positions politiques.

C. : Parlez-nous de vos acteurs.
Z. M. : Les trois acteurs sont des acteurs professionnels. L’actrice l'est également, elle vient du monde du cinéma. La première fois que je les ai rencontrés, j'étais très inquiète de me retrouver devant des acteurs professionnels qui pourraient être mes grands-parents. Ce sont eux qui m'ont abordée, me rassurant sur mon rôle de réalisatrice, c'était à moi de décider et eux me suivraient. 
J'ai rencontré plusieurs personnes qui avaient déjà tourné avec des acteurs plus âgés : elles m'ont conseillé de beaucoup parler avec eux avant le tournage, de faire en sorte qu’ils aiment bien l’histoire, qu’ils comprennent bien le fonctionnement des personnages et, qu’une fois le tournage commencé, ils reprennent leur rôle d’acteur et ne viennent plus donner des conseils ou parler de la psychologie des personnages. Cela s’est très bien passé.


C.  Quel est le propos de votre film?
Z. M. : J’ai deux raisons d’avoir fait ce film. La première raison est que j’aimerais, moi-même, être comme ça lorsque je serai vieille. J’aimerais avoir le courage de faire un pas aussi grand. La deuxième raison, c'est que nous avons vécu une situation semblable à la maison. Mon père n'arrêtait pas de dire qu'il voulait tout quitter pour un grand voyage. Un jour, ma mère est arrivée dans tous ses états, car un des amis de mon père venait de tout quitter et elle craignait qu'il ne fasse la même chose. J’ai donc beaucoup réfléchi sur ce problème-là.

 
Festival Cinéchine : http://www.cinechine.eu/
commentaires propulsé par Disqus