Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Avril 2017
 

Paris Pieds Nus de Dominique Abel et Fiona Gordon

Premier tango à Paris

Fiona (Fiona Gordon), une bibliothécaire canadienne, débarque à Paris pour venir en aide à sa vieille tante Martha (Emmanuelle Riva), menacée de devoir quitter son grand appartement pour être relogée en maison de repos. Maladroite, Fiona, qui a toujours rêvé de voir Paris, s’égare dans la grande ville et perd son sac à dos contenant tout son argent et ses papiers d’identité. Par-dessus le marché, Martha semble s’être volatilisée… C'est le début d'une course-poursuite dans Paris à la recherche de la vieille dame, à laquelle s’invite Dom (Dominique Abel), un SDF romantique, aussi séducteur que collant. Paris Pieds Nus raconte le destin chahuté de ces trois drôles de personnages qui se ratent sans cesse.

Voilà pour la trame hautement fantaisiste du quatrième long-métrage du duo doux-dingue composé du belge Dominique Abel et de la canadienne Fiona Gordon, après L’Iceberg (2005), Rumba (2008) et La Fée (2011). Formant un couple à la ville comme à l’écran, ces éternels grands enfants pratiquent un cinéma burlesque, désuet et résolument vieux-jeu, qui a souvent valu à leurs films d’être comparés à ceux de Jacques Tati, mais aussi aux grands classiques du cinéma muet, leurs modèles ayant pour noms Buster Keaton, Max Linder et Charles Chaplin… On retrouve dans leur cinéma une inventivité folle dans la création de tableaux comiques et absurdes, dans lesquels leurs physiques dégingandés sont mis en valeur bien plus que la parole, secondaire. Depuis leurs débuts sur scène (avec divers spectacles intitulés La Danse des Poules ou Histoire Sans Gravité) et dans trois excellents courts métrages (Merci Cupidon en 1994, Rosita en 1997 et Walking On the Wild Side en 2000), le duo développe un comique intemporel, un peu comme le faisait Pierre Richard (ici invité vedette) au début des années 70 (notamment dans Le Distrait) et Pee Wee Herman dans les années 80 avec Pee Wee’s Big Adventure. Outre un amour commun pour la danse, l’art du duo se repose sur leurs physiques improbables de laissés-pour-compte gentiment marginaux : Dom est un pierrot lunaire mal-peigné, égoïste et sans-gêne mais résolument romantique, qui tombe immanquablement amoureux de Fiona, une vieille fille au physique ingrat, célibataire, distraite et rêveuse mais dont le grand cœur rend la maladresse touchante.

Faisant fi de toutes les modes, Paris Pieds Nus s’inscrit dans la droite lignée de leurs précédents longs-métrages, notamment grâce à l’utilisation de décors en carton-pâte (pour pallier le manque de budget et figurer les paysages canadiens, trop onéreux) à la manière du récent The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson. Chez Abel et Gordon, le cadre reste fixe et les plans sont d’une précision d’horloger : les entrées et les sorties du cadre, les mouvements des corps, les surprises en arrière-plan : tout est réglé comme sur du papier à musique et émaillé de gags hilarants ! Le film est l’occasion de nous faire découvrir l’envers de décors connus de la capitale française, à commencer par les coulisses du cimetière du Père-Lachaise et le sommet de la Tour Eiffel, propice à quelques dangereuses cascades effectuées (pour de faux) par l’octogénaire Emmanuelle Riva ! Parmi les quelques moments d’anthologie, citons une course-poursuite entre un piéton et un bateau, une danse enflammée sur une péniche, un éloge funèbre qui se transforme en chapelet d’insultes, sans oublier un très bel hommage à la danse des petits pains de La Ruée vers l’Or (de Chaplin), réinventée par les anciens amants incarnés par Emmanuelle Riva et Pierre Richard, un prestigieux duo de stars inédit au cinéma !

Pour ce quatrième essai, il y a également derrière la comédie un malin plaisir à aborder de manière détournée et discrète des sujets « engagés » : Paris Pieds Nus humanise un personnage de sans-abri, volontaire, courageux et qui ne se considère jamais comme une victime. Le film n’hésite pas non plus à montrer la détresse terrible d’une vieille dame dans le besoin, menacée d’expulsion. Des thèmes qui apportent une profondeur bienvenue entre deux gags !

Œuvre à part et joyeusement décalée au sein de notre sévère cinématographie nationale, Paris Pieds Nus est un film joyeux, coloré, vieillot, poétique, mélancolique, superbement chorégraphié, rappelant l’esprit « Douce France » des comédies d’après-guerre, dans un univers où le rire ne naît pas de la moquerie ou de la parodie, mais de l’empathie pour ses personnages lunaires. Les gentils sont très gentils, les méchants pas bien méchants et tout le monde est un peu naïf, comme dans un conte de fées. Ni plus ni moins réussi que les précédents longs-métrages du duo, Paris Pieds Nus est un petit vent d’air frais qui érige ses quiproquos burlesques au rang d’art.

commentaires propulsé par Disqus