Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/04/2002
Mots-clés : théorie du cinéma
 

Pierre Dherte, au nom de l'ASCO, association des comédiens

 L'association des comédiens
« Il y a des paroles, certes, mais il y a surtout des actes ! Et cela, c'est une chose très difficile à accomplir ! »
F. Dostoïevski

Nous avançons doucement mais sûrement ! Les comédiens sont pratiquement les seuls « acteurs » de la Communauté française à travailler à la fois dans le secteur des arts de la scène et dans ceux de l'audiovisuel et du cinéma. Il ne faudrait pas négliger cette deuxième facette de nos activités, parfois récurrente pour certains.
À cet égard, l'ASCO a introduit deux demandes officielles auprès de la Communauté française pour mieux valoriser les comédiens dans les secteurs de l'audiovisuel et du cinéma comme dans celui des arts de la scène. Vous les lirez dans cette lettre.Un trop grand cloisonnement règne encore entre ces deux secteurs d'activité. La reconnaissance des artistes dans le secteur des arts de la scène est difficile, on le sait, mais elle est pratiquement nulle dans celui de l'audiovisuel et du cinéma.
Les comédiens semblent encore souvent (et à tort) liés au seul secteur des arts de la scène. Quelques exemples ? Dans une double page du journal Le Soir, on ne parle pas de Benoît Verhaert qui tient un premier rôle aux côtés de... Philippe Noiret ! On prend Christian Crahay pour un « excellent acteur français ». On appose un autre nom sous la photo de C. Lethem, etc., etc.
La non-reconnaissance des médias et des pouvoirs publics est évidente mais une prise de conscience et un souhait de changement semblaient se dessiner lors d'une journée de débats autour des comédiens, à Mons.
Un scoop : la RTBF va (enfin) produire des séries télé... belgo-belges !Vous pourrez lire quelques infos à ce sujet dans cette lettre.
Nous insistons également, à l'ASCO, pour relancer et mobiliser le secteur autour de la convention collective, qui pourrait résoudre pas mal des problèmes de reconnaissance que nous rencontrons un peu partout.
Le refinancement du secteur culturel fut notre première pierre d'achoppement à la FAS ! En mai dernier, nous parlions d'un refinancement complet du secteur culturel. Vous constaterez, en lisant la retranscription d'une émission radio de la RTBF sur le Forum de la FAS ainsi qu'en vous rapportant aux propos de certains responsables politiques ou administratifs, que leurs réponses varient étrangement sur ce sujet ! Rien n'est gagné ! Quelques éclaircissement ? 
Nous apprenions également à Mons que le statut de l'artiste allait re-re-re-refaire l'objet d'un débat, et même d'un projet de loi qui sera remis au printemps par Franck Van den Broucke, ministre fédéral des Affaires sociales. Nous attendons de nous, encore une fois, quelques réflexions autour du comédien professionnel. Le ministre Miller nous a clairement exprimé son souhait de consulter le secteur et particulièrement les comédiens, en vue d'une concertation sur ce dossier...
L'ASCO sera représentée par un délégué élu à l'assemblée générale de l'asbl  du Théâtre de l'Escalier des Doms à Avignon.
Benoît Vreux et le centre de formation post-professionnelle dont il aura la responsabilité à Charleroi souhaite rencontrer l'ASCO pour s'entretenir avec elle de son nouveau projet.
Enfin, Marc Bossaerts et Jean-Michel Vlaminckx, de Cinergie, la revue et l'annuaire du cinéma et de l'audiovisuel belges, ont proposé à l'ASCO une collaboration pour promouvoir les comédiens sur le site internet de Cinergie. Nous ne manquerons pas d'y donner une suite. Vous pouvez visiter ce site à l'adresse suivante : www.cinergie.be.
Ce genre d'initiative comme l'éventuelle intégration des comédiens à la « Médiabase » du portail net de la Communauté française (www.edimedia.be) participerait probablement de cette idée que nous sommes tous liés et qu'il est dans l'intérêt de chacun de démultiplier les traits d'union plutôt que de favoriser les parenthèses.

Pour l'ASCO,

commentaires propulsé par Disqus