Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : rencontre, animation, femme,
 

Rencontre avec Gerlando Infuso - "Les Pécheresses"

L’impressionnante tournée des festivals n’est pas encore finie pour Gerlando Infuso. Son court-métrage Les Pécheresses figure parmi les 38 films de la compétition nationale du 18e Festival du Court-Métrage de Bruxelles, qui se déroule cette année du 23 avril au 3 mai.

Si la qualité du cinéma belge devait se mesurer par la diversité et la richesse du seul court-métrage, vu le niveau affiché par celui-ci actuellement, l’optimisme pourrait bien être de rigueur pour les années à venir. Le jeune réalisateur Gerlando Infuso – 29 ans cette année – est l’une des illustrations de cette bonne santé. D’Athènes à Séoul, de Barcelone à Montréal, en passant ici par Bruxelles, Louvain, Mons ou Namur, son dernier film Les Pécheresses a déjà suscité pas mal d’attention, en festivals et même dans le secteur. Et pour cause. Ce vibrant hommage aux femmes, qui entremêle les destins de trois personnages à travers trois époques, est une œuvre singulière et particulièrement bien maîtrisée, baignant entre animation et fantastique. "Il y a là-dedans forcément quelques relents de ce qui m’a fasciné quand j’étais petit", nous précisait-il, à l’occasion d’une rencontre lors du dernier Festival Anima de Bruxelles, "comme, par exemple, une allusion au conte de Barbe Bleue, un personnage qui m’avait frappé par sa misogynie. Puis, je l’avoue, mon frère l’avait justement interprété. C’est un peu de là qu’est partie l’idée du film". 

La confirmation d’un talent
Pour resituer cet artiste talentueux, dont l’univers oscille entre l’animation en volume - plus couramment nommée "stop motion" - et la poésie du sombre, on précisera qu’il a déjà su se faire remarquer à travers plusieurs courts-métrages (Margot, Milovan Circus ou L’œil du paon) depuis 2007, et qui eux aussi, ont trustés des dizaines de prix chez nous et à l’étranger. "Les prix, ça me dépasse toujours un peu. Mais c’est motivant pour continuer", dit celui qui est par ailleurs signataire de clips musicaux, le plus connu d’entre eux étant Franky’s Princess, de la chanteuse belge Emilie Simon."Fabriquer des images en musique permet quelque part de m’évader", ajoute-t-il,ne masquant pas quelques influences de Björk ou Radiohead.

Les Pécheresses de Gerlando InfusoEntre bricolage et technologie
C’est en fait armé d’un appareil photo que le réalisateur s’est attaqué aux Pécheresses, un projet imaginé en 2012 avec la société belge Eklektik, novice en la matière. "Tout ce qu’on peut observer dans ce film a été fabriqué avec des objets bien réels, et avec des décors construits de façon artisanale. En parallèle, j’ai moi-même sculpté des marionnettes. Tous les personnages sont fixes et articulés dans le décor. En fait, mon appareil photo est connecté à un ordinateur via un bras articulé, et il me suffit de jongler avec le clavier pour déclencher les clichés. C’est la succession de 24 images par seconde qui donne l’impression du mouvement". Un mix parfait, en somme, entre bricolage et technologie de pointe. "C’est le grand écart permanent. Mais c’est finalement là que ce métier est passionnant : on puise dans toutes les ressources imaginables, parfois celles des proches même, pour arriver à nous extirper de situations qui doivent souvent être traitées dans l’urgence."

Formé à La Cambre

Gerlando Infuso, réalisateurRéputé perfectionniste, rigoureux et soucieux du moindre détail, Infuso vante depuis toujours les mérites de La Cambre, l’école bruxelloise de référence où il a été formé. Pourquoi, si systématiquement, au fait ? "Parce que cette formation offre l’avantage à ses étudiants de porter plusieurs casquettes en même temps, et de s’ouvrir à plusieurs horizons. C’est par exemple là-bas que j’ai appris à éclairer un studio, à utiliser la stop motion. Des choses que je ne m’imaginais pas faire à la base. Leurs méthodes m’ont d’autant plus convenu que j’avoue avoir un peu de mal à déléguer. J’aime avoir le contrôle sur tout ce que je fais !"

Chacun le sait, les artistes qui œuvrent dans l’animation ont souvent un rapport assez étrange avec le temps. Jusqu’à oublier, durant certains moments cruciaux, toute scission entre travail et vie privée. "C’est vrai qu’un projet tel que Les Pécheresses, c’est quelque chose qui occupe votre esprit tout le temps. Quand vous prenez le tram, vous mangez ou vous prenez votre douche, c’est toujours quelque part ! Mais c’est difficile pour moi de faire autrement. Dans ce domaine, pour tomber au bon endroit sans maladresse, il faut savoir prendre son élan au préalable et bien évaluer les distances."

Défendre les artisans

Les Pécheresses de Gerlando InfusoInspiré par le travail de réalisateurs comme Georges Méliès, Terry Gilliam ou même, Guillermo del Toro, le lucide Infuso reste, on l’aura compris, un fervent militant des purs artisans du septième art. "On doit se battre pour qu’ils puissent continuer à s’exprimer au cinéma. Quand j’entends qu’on veut utiliser des imprimantes 3D simplement pour modéliser des visages, il y a quelque chose qui me refroidit. Rien, pour moi, ne pourra jamais remplacer l’authenticité de la touche humaine. Ces films fabriqués numériquement ne pourront de toute façon jamais avoir la même âme. Cela dit, par rapport à ce que j’observe dans l’animation, je reste confiant en voyant à quel point de nombreux confrères parviennent encore à apporter de nouvelles choses, même en 2015." Au fait, se verrait-il un jour lorgner ailleurs que dans l’animation ? "C’est toujours très stimulant de pouvoir sortir de ce qu’on croit être sa discipline de prédilection. J’adore dessiner, peindre ou sculpter des personnages, mais l’idée de diriger un jour des comédiens me motive tout autant."

Dans l’immédiat, il s’attèle à deux projets, donnant, dit-il, la priorité à un nouveau court-métrage animé, "qui m’est tombé dessus pendant le tournage des Pécheresses. C’est une sorte de vaudeville qui se déroulerait dans un restaurant". Mais nous n’en avons pas demandé davantage. Histoire de garder le minimum d’effet-surprise et continuer à suivre ce (déjà) si brillant parcours.

Pour suivre son actualité : https://www.facebook.com/pages/Gerlando-Infuso-r%C3%A9alisateur/155360437808484?fref=ts

commentaires propulsé par Disqus