Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
13/02/2007
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Retour de Nicolas Bruyelle

Avec Retour, Nicolas Bruyelle signe son premier court métrage. Singulier, le film n'en est pas moins fascinant dans le mélange de la réalité et des rêves du personnage de Maxime.
 Le Maxime en question est fan de vélo et d'un cycliste professionnel qu'il aime imiter. Il est seul chez lui. Son amie, Camille, passe quelque temps à l'étranger pour son travail. Le temps est idéal et les routes de campagnes parfaites pour les longues randonnées avec son frère. Mais les tribulations de son idole et l'absence de son amie vont lui jouer des tours...Nicolas Bruyelle est un habitué de cinéma : outre ses études dans le domaine, il côtoie fréquemment des réalisateurs comme les frères Dardenne ou Bouli Lanners via son rôle de programmateur-animateur au cinéma d'art et d'essai, le Plaza Art à Mons. En parlant de Bouli, il est amusant de noter quelques similitudes entre Retour et Ultranova : une certaine poésie ambiante, un côté déconnecté du monde, des personnages au bord du gouffre émotionnel... 

Autant d'éléments qui font du film quelque chose de singulier, une sorte d'objet cinématographique non identifié dont l'auteur a voulu quelque chose de “poétique et romantique, qui chercherait à provoquer de l’émotion avant de vouloir raconter une histoire”.

Le retour, c'est celui qu'attend Maxime : celui de son amie Camille, mais aussi celui de Frank Vandenbroucke, l'idole de Max avant qu'il soit la cible de la presse sportive. En attendant, la vie qu'il mène malgré lui en parallèle de celle du sportif décrié, fait que l'on se perd quelque peu dans le récit. Ça tombe bien, c'est le but du cinéaste, qui voulait faire “accepter qu’au cinéma, comme dans la vie, tout ne peut être expliqué facilement et directement”. 

Pour son coup d'essai, Nicolas Bruyelle s'est entouré d'une équipe solide, de Corridor en tant que maison de production au groupe belge Flexa Lyndo, et Bambi Kramer à la musique (excusez du peu !). Côté acteurs, les deux interprètes masculins sont Matthias Schoenaerts, vu dans Meisje ou Any way the wind blows, et Cédric Eeckhout, qui, lui, a tourné avec Joachim Lafosse dans Ça rend heureux. Bref, Retour est un produit typiquement belge et participe déjà au Festival International du Film d'Amour de Mons et au Festival du court métrage de Charleroi : que demander de plus ?

 

commentaires propulsé par Disqus