Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
avril 2009
02/04/2009
 

Rumba de Dominique Abel et Fiona Gordon et Bruno Romy

Partager l’univers singulier d’Abel et Gordon n’est jamais une expérience ordinaire. C’est un voyage dans un pays étrange où tout peut arriver. À chaque coin d’image, l’humour loufoque se collète avec une poésie de Pierrot lunaire. Dans des décors composés avec une précision de maquettiste, aux couleurs vives et pleines comme les aiment les enfants, des personnages décalés et maladroits se débattent avec un quotidien malicieux qui s’ingénie à leur mettre des bâtons dans les jambes. Chez Abel et Gordon, c’est le corps qui parle. Le plan fixe met les mouvements en évidence, les longs plans séquence leur permettent de s’exprimer pleinement. Presque aucun mot n’est échangé. On retrouve cette poésie muette, chère à Tati, où le rythme joue un rôle fondamental. Nous revoici entraînés par la machinerie implacable du cinéma  burlesque des années 20. Le rire se cache derrière le drame, à moins que ce ne soit le contraire. Portés que nous sommes par l'émotion, on s’attache aux personnages composés avec une infinie tendresse. Le petit monde d’Abel et Gordon peut gratter certains spectateurs comme il en réchauffera d’autres, mais une fois qu’on y est entré, on ne risque pas de l’oublier.

Extrait de Rumba de Abel et GordonEn trois court métrages (Pardon Cupidon, Rosita et Walking on The Wild Side), ils ont atteint une forme de quasi-perfection de cette expression cinématographique singulière. Avec L’Iceberg, coréalisé avec Bruno Romy, ils se lancent dans l'aventure d'un long métrage. Bourré jusqu’à la gueule d’inventivité, d’idées, de défis relevés et assumés, le film emporte le spectateur durant trois quarts d’heure, mais s’essouffle sur la durée. Avec Rumba, si le style et le regard sont toujours les mêmes, le ton change quelque peu. Une fois de plus, le film démarre sur les chapeaux de roue en nous faisant partager le trépidant quotidien d’un couple d'enseignants pratiquant avec passion la rumba et autres danses latinos.Une première demi-heure sans temps morts, sans fausses notes, sans reproches. Et puis, brusquement, c’est l’accident de voiture. La vie de notre couple bascule, et le film avec. Tout ce que Dom et Fiona avaient pour être heureux va, pièce par pièce, leur être enlevé. Le couple s’enfonce dans le malheur et s’autodétruit sans abandonner un regard décalé et un ton burlesque. Un peu comme s’ils voulaient nous démontrer qu’on peut aussi faire passer des choses graves par ce biais. C’est sans doute vrai, à condition de vite reprendre son envol vers des sphères plus éthérées, mais le film s’englue dans le mélodrame et fait le grand écart entre un fond désespéré et une forme comique et poétique. Un double langage qui génère des moments de grande émotion (la danse des ombres sur le mur), mais aussi sa part de malaise. Heureusement, les cinéastes rétablissent l’équilibre par une pirouette finale que, bien sûr, nous ne dévoilerons pas.

C’est néanmoins avec enthousiasme qu’on s’est précipité sur le DVD proposé par Cinéart, tant on a plaisir à plonger en compagnie d’Abel et Gordon. Dépaysement garanti. On apprécie leur perfectionnisme, on partage leur passion et puis, quand cela fonctionne, cela vaut bien toutes les maladresses du monde.

En complément du film, tout de même assez court (75 minutes), un making of dû à la caméra de Boris Dhommée et Thomas Mazingue permet de se faire une idée du sérieux et de la minutie nécessaires à la mise en place d’un tel travail. Composé simplement de scènes de tournage juxtaposées sans  commentaires, ce bonus rend compte de l'ambiance au sein de l’équipe de tournage : chaleureuse et appliquée. Des scènes coupées et un bêtisier complètent le tableau. Enfin, cerise sur le gâteau, le troisième court métrage d’Abel et Gordon : Walking on the Wild Side, auquel Cinergie avait, en son temps, décerné son prix. Même présenté dans une version quelque peu tronquée par rapport à l’originale, on reste encore aujourd’hui soufflé par la maîtrise du duo qui avait parfaitement réussi à cerner son sujet.

DVD 9 zone 2 produit par Mk2 et distribué par Cinéart et Twin Pics. Français. S/t néerlandais. Dolby 5.1. Image au format 1.85 :1 (16/9 compatible 4/3).

commentaires propulsé par Disqus