Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/12/2004
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Saint-Nicolas ne viendra pas de Gabriel Vanderpas

Saint-Nicolas ne viendra pas

Et si l'ultime Saint-Nicolas était, pour un enfant, un rite de passage qui le confronte ensuite au monde des adultes. Un monde où la magie se réfugie, pour beaucoup, dans le rite de la salle obscure des salles de cinéma ? C'est à cette question que répond, avec subtilité, Gabriel Vanderpas en réalisant un court métrage tout à la fois drôle et mélancolique. Le sujet ? Une famille qui peine à se réunir cher Mamy pour fêter la Saint-Nicolas de Martin (Elie Belvaux), un enfant de sept ans. Marc, le père de ce dernier enchaîne les voyages d'affaires, tant et si bien que la famille se réunit au mois de mars. Pendant que l'oncle se déguise en Saint-Nicolas, Martin se retrouve enfermé dans les toilettes. Même Saint-Nicolas n'arrive pas à débloquer la serrure. La tension monte chez les adultes réunis devant la porte. L'oncle dit tout haut ce qu'il pense tout bas : « Marc n'assume pas son rôle de père !- « C'est pas tes oignons Maurice » ! rétorque la mère de Martin. On vous en passe et des meilleures. Inutile de préciser que Martin entend ce choral de reproches à travers la porte. Après cette thérapie familiale, Martin, qui a passé une Saint-Nicolas solitaire sur le trône d'un WC, s'il est sûr d'avoir perdu un repère, y a gagné au change, puisqu'il découvre un père. La mise en scène de Gabriel Vanderpas est sobre, épousant un récit accumulant les obstacles jusqu'à la mini catastrophe qu'est l'enfermement de Martin, point d'orgue du film qui a la vertu de libérer le non-dit familial et de faire basculer le film vers une chute qu'on vous laisse deviner. Gros Plan de Gabriel Vanderpas

 

commentaires propulsé par Disqus