Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
09/07/2009
 

Salaam Bombay, de Mira Nair

Quand l'enfance est une faiblesse à dépasser rapidement

Salaam BombayL'injustice est toujours révoltante, et celle qui touche les enfants nous atteints en pleine figure. Comment accepter que de jeunes enfants soient livrés à eux-mêmes, abusés et exploités par des adultes, soumis à la loi du plus fort, eux qui sont les plus faibles ? Les images des enfants mendiants, se droguant ou tout simplement effectuant de menus travaux harassants pour une bouchée de pain, sont insoutenables. La réalité dépassant souvent la fiction, les films dénonçant ces situations sont souvent accusés de toucher trop facilement la corde sensible. Mais doit-on s'interdire de s'élever contre l'inadmissible de crainte de provoquer la larme au coin de l'œil ?!
Dans l'histoire du cinéma, Salaam Bombay, le film de Mira Nair sorti en 1988, a marqué l'histoire du cinéma. Cette jeune indienne, de classe moyenne, accueillie par l'Université de Harvard grâce à une bourse d'études, rentre au pays après des études en sociologie.
Salaam Bombay, son premier long métrage de fiction après plusieurs documentaires, est remarqué partout et récompensé par la Caméra d'Or cannoise.
Sa force réside, au même titre que l'œuvre du Marocain Nabil Ayouch, Ali Zaoui, Prince de la rue, ou plus récemment, le film du jeune irano-américain Ramin Bahrani, Chop Shop, ainsi que beaucoup d'autres traitant de la question, à faire jouer leurs propres rôles à des enfants de la rue. La crédibilité qu'ils apportent à l'œuvre est d'autant plus dérangeante que pour nous atteindre, ces films sont entrés dans le circuit commercial !
Cinéart vient d'éditer ce chef-d'œuvre en DVD dans sa petite Collection, présentation simple et à bas prix.

Salaam Bombay, de Mira Nair, 113', DVD Cinéart, la Collection.

commentaires propulsé par Disqus