Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
janvier 2008
01/01/2008
 

Si le vent soulève les sables de Marion Hänsel

Marion Hänsel est concernée par les problèmes posés par la dégradation de notre environnement. Elle y avait déjà consacré un film, Sur la terre comme au ciel.en 1991. Le  roman Chamelle, de Marc Durin-Valois est, pour elle, l'occasion d'évoquer un des problèmes les plus aigus que l'humanité aura à gérer dans les années à venir: la raréfaction de l'eau potable qui jette sur les routes des populations entières. La réalisatrice belge est à l'aise pour filmer une histoire d'errance à travers des paysages arides et désertiques. Maintes fois déjà (Dust, The Quarry,…)., elle a mis en scène cet environnement emblématique de la sécheresse qu'elle voit dans le cœur de ses personnages, tous marqués par le manque d'amour et la difficulté d'exister face au père ou à la mère. Mais jamais, jusqu'ici, elle n'avait mis à ce point en valeur cette correspondance. L'aridité, la soif y sont physiquement présentes comme le thème essentiel du film. Et la quête sentimentale de la petite Sasha vers son père, Rahne, commencée dans la peur et dans la mort va, petit à petit, se résoudre dans une complicité solaire, sous-tendue par le charme de la petite Asma Mouman Aden, qui incarne la fillette avec une force, un humour et une tendresse rares.

Photo de À la naissance de sa fille, Rahne est déjà terriblement démuni pour assurer la subsistance de sa famille. Il a deux garçons, Sasha est une fille, elle sera donc sacrifiée. La petite ne doit la vie qu’à la détermination de Mouna, sa mère, qui fuit la maison. Elle n’y revient, avec l’enfant, qu’une fois le désir de mort du père digéré. Huit ans plus tard, il n’y a plus d’eau. Rahne se résout à quitter son village. Avec sa femme, ses deux garçons, sa fille, quelques chèvres et une chamelle, il traverse une contrée inhospitalière où règnent en maître des bandes organisées de soudards qui dépouillent les voyageurs, pour affronter ensuite des ennemis encore plus impitoyables, le soleil et la soif. Malgré les épreuves et les pertes, il faut aller toujours plus avant dans un désert aveuglant, splendide et impitoyable. Continuer jusqu’au bout de ses forces avec, chevillé au corps, l’espoir d’arriver quelque part, à tout prix, pour survivre.
Au long de ce voyage, Rahne découvre enfin sa fille, à laquelle il accordait bien moins de valeur qu’à ses deux garçons. Il l'aurait volontiers sacrifiée pour les sauver. Sasha se révèle un trésor de courage, de force tranquille, de ténacité et d’amour qui finira par remplir le cœur de Rahne.L'errance de ces réfugiés climatiques est au centre du film. Derrière la froide lucidité avec laquelle Marion Hänsel filme cette épopée, on sent toute la rage de la femme en révolte contre l’égoïsme et la bêtise, le désir de nous mettre face à nos responsabilités devant une réalité qu’il est de plus en plus urgent de rencontrer. La manière dont la cinéaste nous y confronte, avec son regard aiguisé et une absence totale de pathos, nous la rend plus effroyable encore. Si Marion Hänsel avait voulu en rester là, il lui aurait suffi d'un documentaire sur le sort des populations vivant sur des territoires en voie de désertification. Mais elle préfère nous raconter une histoire, forte et désespérée qui est, en même temps, un magnifique hymne à la vie. Avec le sens de l’image qu’on lui connaît, aidée comme de coutume par la splendide photo de Walther Vanden Ende, elle nous emmène avec la petite troupe à travers ces contrées rocailleuses, sablonneuses, brûlées de soleil, au rythme lent de Chamelle, le dromadaire, dernier espoir de survie pour Rahne et sa famille. Comme à son habitude, la réalisatrice épure son film de tout sentimentalisme inutile, se retranchant derrière une extrême pudeur de sentiments. C’est cette retenue qui confère au film toute sa force et son impact. Le spectateur accompagne quasi physiquement ces exilés de la soif. Après avoir vu Si le vent soulève les sables, le spectateur ne pourra plus ouvrir un robinet sans revoir le petit visage de Sasha, ravagé par la soif et levé vers le ciel dans lequel passe un avion de ligne. Force du cinéma, impact des images que Marion sait très bien exploiter. Cette face dramatique est heureusement compensée par l’histoire solaire, chaleureuse, pétrie d’humanité et d’humour de la marche d’un père vers sa fille. Condamnée à exercer toute sa séduction pour exister dans le regard d’un père pour qui une fille a à peine plus de valeur que les chèvres qu’il convoie, la petite Sasha, sans avoir l’air d’y toucher, va s’imposer dans le cœur paternel avec sa vitalité, sa joie de vivre, son charme, son humour, son courage désespéré. Elle est l’espoir pour les Africaines, d’un rapport homme/femme plus égalitaire et plus respectueux. C’est cet espoir et cette humanité, alliés au charme d'une lumineuse fillette, qui rendent supportable un récit sans concession.
 

 Photo de Le DVD Le DVD 9, zone 2, distribué par Cinéart film présente une version du film dans une impeccable qualité d'image et de son. Visiblement, la réalisatrice a suivi cette mise sur disque avec toute la rigueur et l’exigence qu'on lui connaît. Au format 1.85 :1, 16/9 compatible 4/3, il est présenté en version française avec sous-titres anglais ou néerlandais. Le spectateur a, en outre, le choix entre deux formats sonores, le Dolby 2.0 pour les simples téléviseurs et le Dolby 5.1, mieux adapté aux heureux possesseurs d'un home cinéma. Dans les bonus, Cinéart propose le making of :  un reportage de 38 minutes, où les séquences prises sur le tournage alternent avec des interviews (réalisées par Jacqueline Aubenas) de Marion Hänsel, de l’auteur du roman Marc Durin-Valois, du compositeur René-Marc Bini, du directeur photo, Walther Vanden Ende, et même de la petite Asma Nouman Aden (Sasha). Il faut l’entendre raconter avec ses mots l’histoire et son personnage et voir à quel point une enfant de dix ans peut digérer des concepts pas toujours évidents à saisir. Très intéressant aussi la manière dont le compositeur a conçu et intégré la musique du film. Une rencontre interview de 30’ avec la réalisatrice et la bande-annonce du film complètent ce choix de bonus.  Belgique/France, 2006, 35mm- Couleur- Fiction,  96 min. Réalisation : Marion Hänsel. Scénario et dialogues : Marion Hänsel, d'après le roman "Chamelle" de Marc Durin-Valois. Image : Walther Vanden Ende. Montage : Michèle Hubinon. Son : Henri Morelle. Interprètes : Issaka Sawadogo , Carole Karemera, Asma Nouman Aden,… Distr. Cinéart.Produit par Man's film, ASAP Film, RTBF et Eurimages avec l'aide du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Communauté française de Belgique et les Télédistributeurs wallons, le Vlaams Audiovisueel Fonds, le Centre National de la Cinématographie, le programme Media development, l'Agence intergouvernementale de la Francophonie, la Coopération belge au Développement, DGCD, Veolia Environnement, la C.I.B.E, la Loterie Nationale, et l'aide du Tax Shelter du gouvernement fédéral belge

Découvrez "Si le vent soulève les sables" en VOD sur UniversCiné.be
 
commentaires propulsé par Disqus