Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
07/09/2009
 

Slumdog Millionnaire de Danny Boyle

Film événement, "buzz" 2009 bardé de prix aux Golden Globes, aux Bafta (Oscars britanniques) et aux Oscars 2009, énorme succès public à sa sortie en salles, on se devait de retrouver Slumdog Millionnaire à la rentrée dans les sorties DVD de tête de gondole. C'est chose faite pour Cinéart, qui nous propose une version simple, bon marché, mais quasi exempte de bonus, et une version double DVD, plus fournie et plus éclairante.

Slumdog MillionnaireLe film de Danny Boyle n'a pas laissé grand monde indifférent. Il y a ceux qui l'ont encensé, et ceux qui l'ont détesté. Ceux qui y voient l'émergence du cinéma des années 2010 et ceux qui n'y trouvent qu'une accumulation d'images clipesques, indignes d'un film.Ceux qui le considèrent comme un panégyrique de la globalisation capitaliste reflétant une vision occidentalisée de l'Inde revue par Hollywood; et ceux qui estiment que, dans le contexte où il se trouvait et pour le public qu'il vise, Boyle colle au mieux à une réalité indienne traversée par des courants contradictoires, d'une rare violence, entre traditions et modernités.

Des controverses qui n'ont pas manqué d'agiter aussi l'équipe de Cinergie. Prenons du recul. D'abord parce que le film, adaptation d'un livre à succès, est avant tout un conte de fées, une histoire mêlant amour fou et réussite sociale comme les aiment les anglo-saxons. Il procède donc d'une démarche commerciale et, dans ce cadre, le travail de Danny Boyle est de qualité. Certes, il érige en système l'esthétique du clip, mais avec un sens de l'image, du montage dynamique et du rythme qui n'appartiennent qu'à lui, d'une incontestable efficacité. On peut ne pas aimer la modernité urbaine et médiatique dont ce système est le reflet, se sentir agressé par l'avalanche continuelle de sons et de couleurs, presque d'odeurs, à laquelle on est soumis sans discontinuer, mais Danny Boyle est un réalisateur de son temps. Et ne pas aimer l'époque ne doit pas empêcher de reconnaître au produit ses indubitables qualités. Complexe, minutieusement agencé, Slumdog est le reflet d'une réelle vision artistique, cinématographique, sur le monde d'aujourd'hui. Son exubérance formelle est apte à rendre compte du grouillement suractif des cités indiennes, et le film a au moins le mérite de regarder en face une autre réalité que nous ne pouvons ignorer : c'est que l'Inde d'aujourd'hui change en profondeur… et rapidement. Sur une société traditionnelle, socialement rigide, marquée par le système des castes et des conflits ethniques et religieux d'une virulence qu'on a peine à imaginer ici, se greffe la culture "business", le culte de l'argent avec tous ses à-côtés nauséabonds : spéculations diverses, développement des mafias d'affaire, exploitation forcenée de la misère, miroir aux alouettes d'une fausse réussite et réalité sociale digne des bassins industriels du XIXème siècle chez nous. Slumdog… est fait de cette réalité et son discours n'est pas complaisant.

Le film prend tout son sens sur grand écran, et le passage en DVD représente donc une perte pour les amateurs d'images.Le transfert paraît toutefois sans reproche, bien que la version Blu-ray, haute définition soit probablement encore mieux adaptée au défilement effréné des images. La version DVD semble fidèle à l'original (format 2.35 respecté), bien que la durée cinéma de 2h se trouve réduite ici à 116 minutes. La bande-son est au format Dolby 5.1 en version originale et en version française. Pas de Dolby 2.0 donc, mais une version originale DTS est également disponible. Sous-titres français et néerlandais.
Côté bonus, la version simple ne nous propose que des commentaires audio, en anglais non sous-titré, du réalisateur, de l'acteur principal (Dev Patel), du producteur Christian Colson et du scénariste Simon Beaufoy. Un peu maigre, même pour un premier prix... On aurait aimé pouvoir vous parler davantage de la version double qui comporte en plus un Making of, une featurette (Jay Ho Remix) et 12 scènes coupées, voire de la somptueuse version collector disponible en France, qui nous offre encore l'interview de Danny Boyle par Laurent Weil, un court métrage (Manjha), la scène des toilettes vue du script à l'écran et quelques clips de la bande-son.

Pensez également qu'en achetant l'un deux DVD belges, vous soutenez les actions de l'ONG 'Plan Belgique' contre la violence faite aux enfants dans le Sud.

Slumdog Millonaire de Danny Boyle, distribué par Twin Pics

commentaires propulsé par Disqus