Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

Staka de Valentine Laloux, Morgan Hardy, Maximilien Chevalier et Jean-Michel Degoedt

L’espoir fait vivre

 

Dans l'atmosphère sombre et métallique d’une usine, croulant sous le travail dans des conditions inhumaines, des ouvriers gardent malgré tout espoir car, chaque jour, une émission de loterie passe sur les écrans. Ce « jeu » pourrait les sélectionner et leur permettre de partir avec leur famille, à l'EDEN, oasis de tranquillité préservée dans un monde en perdition. Mais  si tout cela n’était qu’une mascarade dont ils sont les jouets ?

scène du film StakaEntièrement tourné sur fond bleu, Staka est un court métrage de fin d’étude de l'IAD sélectionné au festival Media 10 10. Les quatre réalisateurs prouvent ici leur maîtrise de la technique d'animation des décors et des personnages en 3D. L'univers post-apocalyptique, voire steampunk, est effectivement très riche et détaillé, particulièrement lors des scènes montrant l'extérieur de l'usine. Très orientés "thriller", la mise en scène et le scénario sont toujours cohérents malgré le manque d'éclaircissements sur le vécu des personnages et le peu de dialogues. En effet, peu de questions surviennent quant au monde extérieur, le décor de l'usine se suffisant à lui-même. Mais la véritable originalité du court métrage se situe dans le mélange de jeu d'acteurs en prises de vues réelles et de décors animés très travaillés.

Faisant référence aux classiques du genre, comme 1984 d'Orwell, le film Staka, bien que trop graphique par moments (on pourrait croire à un jeu vidéo) réussit son pari d'interroger les dérives de la société. La justification de l'exploitation des masses par la réalisation d'un rêve commun se révélant une pure chimère. Le personnage de propagande, présentateur animé de la loterie quotidienne pour l'EDEN, véritable héraut de l'ordre établi mérite une mention spéciale pour sa personnalité. C'est bien lui qui « motive les troupes » et leur donne le (faux) espoir nécessaire à la justification de leur esclavage.

 

commentaires propulsé par Disqus