Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

TATA d'Alexandre Gilmet

Yes, I speak Polish

TATA est inscrit au programme (http://www.flagey.be/fr/programme/20934/les-quatre-saisons-de-cinergie-films-d-ecole) de la séance des quatre saisons de Cinergie consacrée aux films d'école, qui se tiendra le 12 mai 2017 au Studio 5 à Flagey. L'occasion pour nous de vous parler de ce court-métrage réalisé par Alexandre Gilmet, dont le film de fin d'études, Poubelle, faisait partie de la sélection de la Cinéfondation au 69e Festival de Cannes.

C'est sur une musique enfantine et un ton innocent qu'Alexandre Gilmet nous parle de son père, à l'ouverture du film, tandis que nous est indiquée la traduction du titre : Tata, c'est le mot polonais pour dire Papa. À travers ces mots, entend-on un petit garçon à la recherche du père manquant ou un jeune homme faussement naïf ?
La quête de ce jeune Belge qui s'affirme Polonais nous conduit dans des bâtiments délabrés, dont la saleté et les murs couverts de tags évoquent un passé révolu. C'est ainsi que le réalisateur nous fait voyager dans le monde ouvrier de la ville de Lodz – ou plutôt l'image qu'il se fait de ce qu'elle a probablement dû être – avec ses rudiments de polonais et, enfin soyons honnêtes, surtout d'anglais.

Lors de la rencontre de Cinergie avec Alexandre Gilmet à Cannes en mai 2016, celui-ci expliquait : « Lodz, la ville de Pologne où j'étais, c'est une ville qui a aussi un passé industriel fort mais complètement à l'abandon. Il y a ce rapport au temps, on est dans les restes de quelque chose qui n'est plus, mais on vit encore dedans. »
Son personnage vit encore dedans, ça oui. Il y rêve la rencontre avec son père. Il imagine ce qu'il ne connaît pas, ce qu'il désespère de connaître. Parce qu'en effet, si père il y a, présent il n'est pas. Au final, survient le sentiment d'une impossible reconnexion aux origines paternelles, même si l'envie d'y croire est bel et bien là.
Un beau film d'école dont les images montrent le contraire que ce que nous dit le narrateur ; un court-métrage qui nous promet d'abord le documentaire pour nous emmener ensuite dans la fiction. Un rêve éveillé, en somme.

commentaires propulsé par Disqus