Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
09/07/2012
 

Tous au Larzac de Christian Rouaud

Une brebis, pâquerette à la bouche, coiffée d'un casque militaire bardé de slogans militants, pas franchement le genre de jaquette qui fait rêver. On engonce le DVD dans son lecteur avec à l'esprit l'a-priori naissant d'une gaudriole beatnik bassement propagandiste, et pourtant...

jaquette dvd Tous au Larzac de Christian RouaudTous au Larzac ! C'est un cri de ralliement qui titre ce deuxième long métrage de Christian Rouaud, qui, dans la continuité idéologique de son précédent Lips, l'imaginaire au pouvoir, s'intéresse cette fois à ce qui fut une autre lutte emblématique des années 70 en France : la résistance pacifiste d'une poignée de paysans et leurs quelques têtes de troupeau face à un État français bien décidé à exproprier ces bouseux afin d'agrandir le terrain de jeux des bidasses voisins. Hors voilà, le paysan, à l'inverse de l'étudiant debordien ou du syndicaliste molasse est plutôt dur au corps, et pas franchement disposé à plier bagage en courbant l'échine. Première réaction d'orgueil, première montée en tracteurs à Paris. Le début d'une lutte qui emportera ses protagonistes bien plus loin qu'ils ne l'auraient imaginé. L’ovidé devient alors symbole, et la cause fédère soudain toute une faune de maoïstes, hippies et autre objecteurs de conscience venus des quatre coins de France. Autant de singularités vues d'un regard circonspect par des hommes de la terre, aux caractères bourrus et plutôt conservateurs de droite. Pourtant, au gré du temps et des débats, l'alchimie se crée, et de cette rencontre, convergence de volontés propres, naîtra une unité extraordinaire, qui finira au bout de onze ans de lutte, par avoir raison de l'obstination du gouvernement et de ses sbires à baïonnettes. Cette aventure humaine, Rouaud la retrace à travers les témoignages de ces paysans, devenus par la suite d’intarissables militants de tous crins, filmés sobrement, mais avec justesse, dans ces paysages rocheux dont la sérénité et l'appel à la contemplation contrastent avec les images d'archives illustrant la lutte ( parfois cocasses, comme ces gendarmes désemparés courant après des brebis lâchées aux pieds de la Tour Eiffel ). Dans un montage dont le schéma classique n'enlève rien à la force des propos, on se souvient avec émotion des petites victoires, mais aussi des moments difficiles, sans passer outre les tensions internes que ce genre de péripéties engendre inexorablement. Le film évite ainsi avec adresse le piège du prosélytisme et offre une belle histoire dont les échos continuent aujourd'hui encore de porter leur message d'insoumission.

Boni

Ils sont nombreux et d'un intérêt inégal. En plus d'une préface et d'un making-of présents sur le premier DVD, un second propose plus d'une heure d'entretiens avec les protagonistes parlant des années et des nouvelles luttes ayant suivies cette aventure initiale, d'un entretien avec le réalisateur, de scènes coupées, d'affiches commentées et d'une bande-annonce.

 

Tous au Larzac!, de Christian Rouaud, Elzévir films, AD VITAM, distribué par Twin Pics.be

commentaires propulsé par Disqus