Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/04/1998
 

Tout baigne de Frédéric Cordier et Michel Van Houcke

Petites mesquineries et grand Bloub

Tout baigne de Frédéric Cordier et Michel Van Houcke Une coquette salle de bain et, dans la baignoire remplie d'eau chaude, Simone et Albert. A certains petits détails, un observateur attentif pourra cependant déduire qu'il ne s'agit pas du traditionnel bain du samedi. D'abord, on ne prend pas son bain en maillot, puis on ne calfeutre pas portes et fenêtres avant de se plonger dans l'eau. Enfin, quelles sont ces inquiétantes nouvelles que Jacques Bredael colporte à la télévision ? Le grand cataclysme est pour ce soir et la seule chance d'y échapper, c'est le plongeon dans l'eau chaude. Reste à attendre l'inéluctable et là, quand les nerfs sont mis à rude épreuve, tout ce quotidien qui agace et qui tue l'amour vous remonte à la figure comme une nausée. Dur dur !
Quarante ans qu'ils sont ensemble, Simone et Albert, c'est dire si le quotidien a eu largement le temps de tuer le grand amour. L'armaggedon n'est ici qu'un prétexte pour étudier comment, dans une telle situation de crise, va évoluer une relation de couple ainsi minée. Ils n'ont rien de fondamentalement mauvais, ces deux-là. Même qu'ils s'aiment bien... enfin, ils ont eu le temps de se faire l'un à l'autre. Simplement, ils s'énervent mutuellement, ils s'exaspèrent, ils ne se supportent plus, et tout cela, de petites colères en mesquineries puériles va mal se terminer, bien sûr. Le huis clos est suivi de près par la caméra inquisitrice du duo de réalisateurs, et ce n'est pas évident. Essayez, vous, de présenter dix minutes d'images prises dans une salle de bains de trois mètres sur trois sans faire à vos spectateurs l'effet de trois comprimés de Xanax ! De l'autre côté de l'objectif, les comédiens, Guy Pion et Frankie Pain, défendant avec conviction leurs personnages, et nous font entrer dans le film tête la première. Nous aussi, on éprouve le désarroi de Simone; nous aussi, comme Albert, on se surprend à avoir le poil qui se dresse. Enfin, Tout baigne peut se lire à différents niveaux car, au-delà de l'histoire du couple se pose la question lancinante qui colle au début du prochain millénaire : comment peut évoluer un monde surpeuplé, où il devient de plus en plus difficile de préserver son espace vital, ce périmètre de sécurité dont a besoin n'importe quel être vivant pour se sentir suffisamment en sécurité et pour s'épanouir harmonieusement ? Et à quoi conduit le syndrome du clapier, de plus en plus répandu dans nos cités ?

Tout baigne
Réal. et scén. : Frédéric Cordier et Michel Van Houcke. Image : Fabrice Debusschère. Son : Benoît Bruwier. Int. : Guy Pion, Frankie Pain. Prod. : Alain Keystman Production.

commentaires propulsé par Disqus