Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Novembre 2016
 

Trust in me de Yoann Stehr et Stephan Dubrana

Crois-en moi, contre moi, tout contre

Après s'être immiscés dans l'atelier de l'exquise Coco Fronsac et dans le labyrinthe chiadé de François De Jonge, les deux frérots réitèrent, mélangent leurs neurones dans Trust in me, un nouveau projet en compétition au Brussels Art Film Festival qui se tient tout bientôt, du 17 au 20 novembre. "Fais-moi confiance", qu'ils se sont dit les frangins, "ça va être bien". Une plongée, brève mais intense, dans le monde déroutant d'une poignée de marionnettistes rencontrés lors d'un stage organisé par le collectif Une Tribu et le théâtre de la Galafronie.

Trust in me de Yoann Stehr et Stephan DubranaAu départ, Yoann et Stephan voulaient faire le portrait de Natacha Belova, marionnettiste et plasticienne, qu'ils avaient rencontrée sur un projet antérieur : Borgia, comédie contemporaine, spectacle de la Compagnie Point Zéro. Alors qu'ils discutaient de ce futur projet, Natacha leur a proposé de la suivre pendant un stage de marionnettes, "Laboratoire Plan B", stage qu'elle a l'habitude de donner aux quatre coins du globe, et où elle s'attarde sur la construction, la fabrication et la manipulation de ces êtres bizarres. Heureusement pour les deux frères, Natacha pose, en 2015, ses valises au théâtre de la Galafronie à Saint-Josse. C'est à deux pas.

Les frangins, baluchons ficelés, profitent de l'occase et se faufilent au milieu d'un ballet incessant de quinze marionnettistes venus du monde entier : Mexique, Chili, Canada, Suisse, Espagne, France, Belgique. Espace confiné oblige, cela crée des liens : ils ont causé, assisté à beaucoup d'improvisations et fini par se concentrer sur cinq-six personnages. Quatre jours de tournage, top chrono, pour les deux réalisateurs. Pas des masses pour réaliser un film, d'autant plus que les participants étaient bien occupés : ils avaient un mois pour imaginer et créer une marionnette, écrire une scène de 4 minutes chacun et la présenter devant un public à la fin du stage.

Trust in me de Yoann Stehr et Stephan DubranaRésultat : un film polyphonique où chaque marionnettiste a sa façon de concevoir ce nouvel être, à la fois double et étranger, et la relation qu'il entretient avec lui. Première rencontre entre le marionnettiste et sa créature, premiers regards, premiers gestes, premiers souffles, premiers corps à corps. Un respire, l'un s'imprègne de l'air de l'autre, de sa chaleur. Ils dansent, se disputent, s'écorchent, s'aiment jusqu'à l'usure. Deux êtres en un, relation de confiance oblige.

Un mois pour faire connaissance, c'est peu (ou trop selon certains...). Pour créer un nouvel être, le connaître, l'apprivoiser, c'est bref. Quatre jours pour réaliser un film, c'est short. Mais, Yoann et Stephan y sont parvenus et ils nous offrent un petit film qui chante, un voyage plein de rythme, estampillé Stehr et Dubrana.

Ne fais pas voler de sacs plastiques là où le vent n'est pas. Tes efforts seront vains.

commentaires propulsé par Disqus