FacebookTwitter
01/04/2002
 

Wintersleeper de David Greetsma

To be or not to be a bear ?

" But… I am a bear ! ", proteste timidement un ours pataud venu se perdre dans une usine où un petit chef tout excité, le képi vissé trop bas devant les yeux, lui crie de bouger ses fesses et lui tend une brouette minuscule. En deux coups de cuiller à pot, voici bientôt le vieil oncle de Winnie l'ourson (sans le t-shirt rouge) privé de sa sieste hivernale et fabriquant à la chaîne des boîtes de harengs ou de sardines… Malheureusement, même à la cantine, où ça fait de grands slurps rangés, chacun garde le nez dans son assiette ! Et l'ours, qui a appris à utiliser des couverts, de se fendre de l'une ou l'autre blague du style : " My name is Bear… Gil Bear! " De toute manière, personne n'écoute, il est seul à en rire, jusqu'à ce que mis à la porte, il soit amené à dormir dans une grotte…
" Am I a bear ? " Telle est la question, effectivement! Celle qu'ont dû se poser, entre autres, se reconnaissant peut-être, comme beaucoup, dans ce gentil nounours désabusé par le bien étrange monde des hommes et gagné par le sommeil, quelques philosophes aux souvenirs d'ermites de la Région de Bruxelles-Capitale, avant de remettre leur prix à David Greetsma pour cette adaptation, ou plutôt ce poétique avant-goût, du merveilleux roman de Frank Tashlin.

Nicolas Longeval

commentaires propulsé par Disqus