Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

Yasujirô OZU Coffret 7 films

Edité par Lumière, ce coffret permet de découvrir ou de revoir sept films du réalisateur japonais qui ont bénéficié d'une restauration importante par la Shochiku, société productrice des films de Ozu.

Ces films, dont 4 en couleurs et 3 en Noir et Blanc, ont tous été réalisés après le traumatisme laissé par la Seconde guerre mondiale. Le réalisateur s'y distingue par une observation minutieuse et humaniste d'une société en plein changement et dont les fondements historiques et culturels vacillent face au monde moderne. On retrouve l'emblématique Voyage à Tokyo (Tokyo Monogotari, 1951) son titre le plus connu et qui l'a fait découvrir en Europe.

Ozu s'intéresse particulièrement à la famille, aux questions du mariage et aux relations parents-enfants, elles aussi soumises à un monde qui change. Ainsi Printemps Tardif (Banshun, 1949) est un portrait douloureux d'un père dont la dernière fille doit être mariée et qui a très peur de la solitude au final de sa vie. Le mariage est une thématique récurrente chez Ozu et notamment dans cette collection. Cette institution à laquelle aucun-e japonais-e ne pouvait échapper sous peine d'ostracisme, est également superbement décrite dans Fin d'Automne (Akibiyori, 1960). Ce coffret met également en valeur le grand formaliste qu'était Ozu. Outre la maîtrise des cadres et une utilisation toujours fluide du montage, le passage à la couleur permet à Ozu d'atteindre des sommets esthétiques, les compositions sont simplement sublimes. Contemplatif certainement, Ozu est aussi souvent très drôle, les enfants de Bonjour ! (Ohayo, 1959) ou les hommes dans Le Goût du Saké en sont l'exemple revivifiant. Il est dommage qu'une si belle édition ne contienne aucun BONUS.

commentaires propulsé par Disqus