Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/05/2001
Mots-clés : rencontre,
 

Yves Cantraine

Notre table d'hôte pour les interviews est près d'une fenêtre, un velux serti de bois couleur mastic pour être précis. Lorsqu' Yves Cantraine s'assied en face de nous en tee-shirt gris dégriffé (il ne place pas son ego dans le logo), la lumière d'un soleil matinal d'avril coupe son visage en deux. A droite, elle fait briller un oeil et brûle une moitié de barbe. A gauche, le visage laissé dans l'ombre est mangé par la pénombre. Pas au point de cadrer (et non encadrer) une figure à la Francis Bacon, mais l'idée ne peut pas ne pas venir à l'esprit. " Rompre avec la représentation, casser la narration, empêcher l'illustration, libérer la figure (...) la Figure ainsi isolée devient une Image, une Icône ", écrit Deleuze dans l'opus qu'il a consacré au peintre anglais.

Yves CantraineYves Cantraine laisse à votre serviteur le soin de se booster au café pour chasser la dépression matinale. Lui, ne boit que de l'eau plate. En fond sonore, des bruits divers parviennent de l'extérieur : des voix aiguës d'enfants, le trafic saturé de l'avenue des Arts, les ailes de pigeons qui tournent sur les toits, le klaxon d'un conducteur énervé déchire un Aria de Mozart qui, à l'intérieur, est diffusé par Musique 3. La grâce vocale de la soprano ou de la mezzo (il faut davantage de caféine pour le distinguer) s'estompe et puis revient. " Mes premiers souvenirs de cinéma tournent autour des Oiseaux d'Hitchcock que j'ai vu vers six ou sept ans, nous confie le réalisateur de Cérémonie. Le film était projeté dans une sorte de hangar, aménagé derrière un café. Il y a un vieux monsieur qui se fait perforer l'oeil par un des oiseaux. Ça m'a frappé. Ensuite, habitant Tournai, j'ai découvert, le " Variété ", un cinéma art et essai où tous les jeudis je découvrais de nouveaux films. " Il hausse les épaules. " J'ai fait des études de langue mais chaque fois que je le pouvais, je suivais des cours optionnels de peinture ou d'art. En même temps, j'animais le ciné-club de philo germanique à l'U.L.B. Le directeur de mon mémoire m'a poussé à partir aux États-Unis pour me perfectionner en littérature comparée. Et là, j'ai décidé d'arrêter de tourner autour du pot et de suivre des cours de cinéma à la New-York University. Sur place - tu ne vas pas me croire - mais je me suis trompé de section ! Il y en avait deux : " film studies " et " film production ". J'ai cru que " production ", c'était la production alors qu'il s'agissait, en fait, de la réalisation ! Je me suis donc inscrit en film studies et me suis retrouvé avec des cours d'histoire et de psychanalyse du cinéma. Mais toutes les cinq semaines, il y avait une initiation à l'un des éléments de la pratique cinématographique : l'éclairage, le son, le cadre, la lumière et le montage. En rentrant en Belgique, j'ai passé les tests à la Cinémathèque mais Gabrielle Claes m'a dit : " avec les diplômes que tu as je ne peux rien te proposer. " Nous sommes restés en contact et elle m'a proposé de revoir la traduction de certains sous-titrages pour gagner un peu d'argent et quelques séminaires de cinéma dans le cadre de la semaine d'été à Rossignol.
" Je gagnais ma vie comme enseignant. Je ne connaissais personne dans le milieu de la réalisation. Lisant un article de Philippe Elhem qui m'avait plu dans Visions sur un film de Daniel Schmidt, je lui ai écrit et on s'est rencontrés. Il m'a dit : si tu veux rencontrer des gens va à l'AJC. J'y ai vu Hubert Toint, Geneviève Robillard. Je leur ai proposé un scénario qui a été accepté en commission. " Nous sommes en 1987 et Cantraine réalise Vanité, un premier court métrage de 13'. Il traduit des scénarios, des pièces de théâtre, les Écrits complets du vidéaste Nam June Paik et revient à la réalisation en adaptant la Légende de Saint-Julien l'Hospitalier de Gustave Flaubert. Ce sera Cérémonie, un beau film de 22' tourné en 35mm, avec Henri Billen (le père) et Thierry Wasseige (le fils). Pierre Gordower est à l'image, Ricardo Castro au son, Sandrine Deegen au montage, Thomas Gauder au mixage. Le tout sous la direction de production d'Anouchka Dewarichet. " Là, j'ai vraiment pris mon pied au montage et le film a bien marché, poursuit Yves Cantraine. Ça m'a très très fort secoué même si lors du tournage j'étais un peu à coté de mes pompes. "
Yves CantraineAprès Cérémonie qui était un film grave, il décide de faire un film comique. " J'écris Ma vie avec Baptiste qui passe en commission, reçoit de l'argent mais sur le tournage je me suis rendu compte que ça démarrait de façon comique et se terminait de façon un peu noire. Ce qui me plaisait, c'était d'aborder les relations entre l'humain et le non-humain, d'explorer les limites même à l'intérieur d'un petit film de 8'. ". Sélectionné aux Festivals de Namur, Cannes, Sitgès etc., le film est produit par Need Production qu'Yves découvre (accrochez-vous c'est comme un feuilleton d'Alexandre Dumas) en rencontrant Ursula Meier, alors étudiante de l'IAD, que lui envoie Benoît Lamy. Yves et Ursula discutent à perdre haleine sur le cinéma de Robert Bresson, assistent à la projection de films de Straub et Huillet à la Cinémathèque, et se retrouvent non seulement à un atelier d'écriture animé par Inès Rabadan mais aussi au réveillon de Nouvel An où ils découvrent Denis Delcampe et Laurence, amis de longue date d'Inès. Première réunion de Denis et de ses trois mousquetaires. Inès, qui n'est jamais à court d'idées originales, propose à Denis de produire Ma vie avec Baptiste. Denis accepte le défi, met le doigt dans l'engrenage et se retrouve producteur, d'abord à l'insu de son plein gré (méfiez-vous des réveillons !), ensuite au plein su de son plein gré. " Ça s'est fait comme ça ! (rires). Et puis il se rend compte que ça lui plait beaucoup, poursuit, amusé, Yves Cantraine. Deux ans plus tard, en 1999, il y a le Planeur qu'on tourne en DV-Cam, avec une toute petite équipe, de façon ultra-rapide. Pour moi, c'était l'occasion d'expérimenter. J'ai essayé de me laisser aller davantage plutôt que de vouloir contrôler les choses, de pousser le chef op. à explorer l'image, à s'approcher de la peau, le tout dans un récit fragmentaire volontairement cassé par l'insertion de trois gros plans de fleurs en 35mm (donc d'une autre texture). Ceci pour refuser le film miroir, le film qui prétend être une fenêtre transparente et qui n'est en fait qu'un miroir qui conforte le spectateur. J'avais envie de casser un peu l'illusion. Je ne peux pas m'empêcher de dénoncer mon discours comme étant un discours, une image comme étant un leurre. Ensuite, c'est Deux, que l'on m'a proposé de tourner avant de réaliser un long. C'est une coproduction avec la France, comme Cérémonie. Mais en même temps un récit à ellipses comme le Planeur. Avec un mélange de plans caméra à l'épaule et de plans cadrés au cordeau.
Pendant le Planeur, j'ai écrit le scénario d'un long métrage : Paysage. C'est un film policier. Les premiers lecteurs en parlent comme d'un thriller métaphysique ou d'un film à la Atom Egoyan. Le flic disparaît et est remplacé par un jeune homme à qui il confie ses enquêtes. Le scénario a été repéré par Équinoxe, l'atelier créé en France par Jeanne Moreau, mais le montage financier est difficile. Du coup, j'ai écrit l'Hypothèse du feu, un second scénario qui a été sélectionné au Festival des scénaristes de La Ciotat et a reçu l'aide de la Commission pour l'écriture. C'est l'histoire en diptyque d'un jeune garçon qui questionne l'image paternelle. " Il se penche en avant et ajoute d'une voix cordiale au ton plein de dièses et de bémols : " Je me rends compte que je démarre très tard mais ça me rend plus énergique que si j'avais démarré à vingt ans " (rires). Good luck and good time, Yves !

commentaires propulsé par Disqus