Cinergie.be

Festival du dessin animé et du film d'animation

Publié le 01/03/1997 par Marceau Verhaeghe / Catégorie: Événement

L'un des avantages de ce moment d'émerveillement que constitue chaque année le Festival du dessin animé et du cinéma d'animation est de permettre de faire le point sur la situation du cinéma d'animation en Belgique, puisqu'y sont projetés lors d'une soirée spéciale les meilleurs courts métrages d'animation produits chez nous dans le courant de l'année écoulée. Les films de fin d'études de nos deux grandes écoles, L'ENSAV de La Cambre et la KASK de Gand, forment la majorité de la sélection et c'est justice, puisque leur qualité les fait remarquer partout où ils sont projetés.
Dans la sélection internationale, on ne pouvait faire moins que de revenir sur le merveilleux Quest de Tyron Montgomery, Cartoon d'Or 1996.
Enfin, dans un entretien, Philippe Moins fait le point sur l'évolution du cinéma d'animation.
En prime pour les mordus de l'animation, quelques liens vers d'autres sites.

Epinglons tout d'abord l'initiative originale visant à projeter en festival des courts métrages réalisés par des enfants en atelier. Ceux de Caméra Enfants admis présentaient L'Amitié, sur le thème du sida, mais nous retiendrons surtout Coucou c'est nous, des enfants de Zorro Babel. Même si la conception du scénario doit, à notre impression, beaucoup aux adultes et si l'humour caustique est un peu d'importation, on sent vibrer le plaisir pris en commun à réaliser cette amusante satire des talk shows télévisés qui contient en prime un zeste de férocité pas du tout désagréable à l'encontre des travers narcissiques de ceux qu'on regarde et qui nous regardent. Et en plus, c'est vachement bien fait.
Nous distinguerons aussi Les Fiançailles de A et de E de Claude Grosch. Sous ce titre énigmatique se cache un vrai plaisir de fantaisie bouchère où l'humour absurde se conjugue intelligemment au savoir-faire technique.
Coup de chapeau encore à Luc Otter, pour la virtuosité avec laquelle il recrée la vie au départ d'amorphes. Admirons au passage la très grande qualité artistique des Dauphins de Elie Klims (hommage aux peintres sur poterie de la Grèce antique) et de Die unschuld muss hier schuldig sterben ; et la virtuosité des réalisateurs utilisant la technique de pixellisation (Vincent Brigode pour Destin animé et Rupert Defossez pour Fourchettes et croquettes, dont il faut souligner la fraîcheur poétique).

 

Tout à propos de: