Cinergie.be

Festival Les Enfants terribles du 18 au 21 octobre au Centre culturel de Huy

Publié le 16/10/2018 / Catégorie: Brève archivée

Tic Tac Tic Tac Tic Tac... La ville de Huy est fin prête. Dans quelques jours, elle va accueillir, pour leur 6e édition, ses Enfants terribles pour fêter le jeune cinéma européen. Axé sur le court métrage, le LET (pour les intimes) veut offrir une programmation originale et accessible: des films courts, longs, jeunes, fougueux et européens.

Festival Les Enfants terribles du 18 au 21 octobre au Centre culturel de Huy

Au programme, il y en aura pour tous les goûts: six programmes de premiers courts métrages européens en compétition. Au total 32 courts-métrages représentant 11 pays (Belgique, Allemagne, République Tchèque, France, Suisse, Portugal, Autriche, etc.) répartis en séances thématiques, certes déconcertantes, comme "le rugby, les perroquets et les cités", "les tatouages, les questions de genre et l'amour fraternel", "le ping-pong, la pêche et les procès", "la photographie, le suspense et les casinos". Bref, tout un programme! Parmi les films de nos compatriotes, on aura de la fiction avec des courts belges comme Adieu la chair de Yohan Guignard, Hey Joe de Mathieu Reynaert, Seul avec elle de Laura Petrone et Guillaume Kerbusch, Romy d'Ilya Jacob, du documentaire avec Suspension d'audience de Nina Maurissiaux et de l'animation avec, entre autres, Jacotolocotoc de Thomas Secaz et Simbiosis Carnal de Rocio Alvarez.

Le public découvrira également quatre longs métrages européens inédits dont deux belges. Bitter Flowers, coproduction belgo helvético française d'Olivier Meys, fera l'ouverture du festival. Le film retrace l'histoire de Lina qui quitte la Chine pour la France, espérant trouver là un Eldorado et subvenir aux besoins de son fils de 6 ans. Mais, l'espoir fait rapidement place à la réalité: la jeune mère, incarnée par Xi Qi, se voit contrainte de se prostituer sur les trottoirs parisiens. Samedi 20 octobre, le festival se clôturera avec Manu d'Emmanuelle Bonmariage. Un film dans lequel elle met à nu son père de 76 ans, Manu Bonmariage, qui n'a eu de cesse de déshabiller la société dans ses célèbres Strip-tease (dont plusieurs sujets seront présentés le vendredi 19 octobre).

Le festival propose aussi des activités et projections à destination des écoles primaires et secondaires. Les petits cinéastes en herbe pourront réaliser une courte histoire pleine de trucages à la George Méliès, les plus grands se familiariseront avec différentes techniques et univers cinématographiques, les ados avec le format court qu'ils côtoient quotidiennement sur le net.

Des ateliers ouverts à tous autour des métiers du HMC (habillage, maquillage, coiffure). Des professionnels seront présents pour répondre à toutes vos questions. Un atelier d'analyse cinématographique, animé par Alain Hertay, débutera sur le thème de l'alcool au cinéma autour de films tels que Le Poison (1945) de Billy Wilder, Un singe en hiver (1962) d'Henri Verneuil, etc.

Enfin, pour passer le dimanche en famille, le LET propose une journée familles terribles avec des projections, un goûter, une boum endiablée, des animations gratuites pour les jeunes (ou pas). Alice Khol profitera du festival pour présenter son exposition Photographies de plateaux qui comprend des photos prises sur les tournages de plusieurs films belges.

Une programmation alléchante, pop, originale et conviviale. Un festival pour petits et grands. Une affiche rose, bleue, jaune pleine de licorne paillettes qui donne envie de faire tomber son pull (parce que oui, il fera chaud ce weekend à Huy) et de poser son séant devant l'écran en compagnie des Enfants terribles...

Tout à propos de: