Cinergie.be

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov entame sa 8ème semaine de grève de la faim

Publié le 09/07/2018 / Catégorie: Brève

Au 54ème jour de grève de la faim d’Oleg Sentsov, les membres de FAN d'Europe, le réseau européen des académies nationales de cinéma et l’Académie Européenne du Cinéma, représentant des milliers de cinéastes à travers le continent européen, ont lancé un appel pour la libération immédiate du réalisateur ukrainien. Lors de leur réunion annuelle durant le Festival International du Film de Karlovy Vary, ils ont demandé au Président Poutine et aux autorités russes de montrer enfin un visage humain et de libérer immédiatement Oleg Sentsov.

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov entame sa 8ème semaine de grève de la faim

Des organisations pour les Droits de l’Homme du monde entier et des milliers de cinéastes et artistes d’Europe et d’Amérique ont élevé leur voix pour son soutien depuis que le réalisateur et père de deux enfants a entamé sa grève de la faim le 14 mai dernier. Des citoyens de plus de 70 villes dans plus de 30 pays ont rejoint les manifestations dans les rues. Le Président du Conseil de l’Europe, Donald Tusk, a fait appel dans son discours d’ouverture du sommet du G7 pour la libération de Sentsov, tout comme l’ont fait le Parlement Européen et d’autres politiciens et parlements.
 
Jusqu’à ce jour, tous les appels et démarches diplomatiques sont restés sans réponse. A la huitième semaine de sa grève de la faim, la vie d’Oleg Sentsov est sérieusement menacée.
 
Oleg Sentsov, qui était impliqué dans le soutien des manifestations de l’Euro Maidan à Kiev et qui s’opposait à l’annexion de la Crimée par la Russie, a été arrêté par le Service Fédéral de la Sécurité de la Fédération de Russie (FSB) le 10 mai 2014 dans sa maison de Simferopol et emmené à Moscou où il a été détenu en attente de son procès pendant plus d’un an.
 
Bien que le témoin principal se soit rétracté de son témoignage donné « sous contrainte », le procès, basé sur l’accusation d’Oleg Sentsov d’avoir commis des « crimes de nature terroriste », a été poursuivi, et Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de prison. A la fin de ce que Amnesty International a décrit comme un « procès inéquitable dans un tribunal militaire », fin novembre 2015, la Cour Suprême russe à Moscou a confirmé cette condamnation et Oleg Sentsov a été emmené à Yakutia où il fait actuellement une grève de la faim pour sa propre libération et celle de 64 prisonniers politiques d’Ukraine.